Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    L’insomnie par procuration

    Un documentaire interactif de l’ONF permettra aux internautes d’entrer en contact avec des insomniaques

    Photo: ONF
    Les insomniaques se sont amusés. Lancé l’automne dernier par l’Office national du film (ONF) par l’entremise des réseaux sociaux, l’appel au témoignage écrit, filmé et dessiné des personnes incapables de dormir la nuit a finalement plus que porté ses fruits.


    À travers le monde, dans plusieurs langues, près de 2000 humains ont accepté de raconter, parfois en détail, parfois avec un sentiment de détresse, souvent avec lucidité, impuissance ou désolation, leur combat nocturne quotidien contre l’état de veille. Il y a eu des lettres, des vidéos, des dessins, aussi. Et désormais, il y a le Journal d’une insomnie collective (onf.ca/insomnie), nouveau webdocumentaire interactif de l’ONF qui, dès la semaine prochaine, va proposer une incursion numérique dans ce drame individuel vécu collectivement par 30 % de la population, et ce, en forçant les internautes-spectateurs à « hypothéquer une partie de leur nuit » pour y avoir accès.

    « L’Internet, c’est l’insomnie », a résumé mercredi Hugues Sweeney, responsable de la division interactive de l’ONF et idéateur de ce projet qui, une fois de plus, cherche à redéfinir les codes narratifs du documentaire, en les inscrivant dans les univers numériques. Ce webdocumentaire a été présenté à un petit groupe de journalistes et blogueurs mercredi à Montréal, avant son dévoilement en première mondiale dans le cadre du Festival du film de Tribeca, à New York, la semaine prochaine. « Il n’y a pas d’autres médiums capables d’aussi bien raconter ce phénomène qui nous confronte à nous-mêmes, dans cette même solitude, cette même intimité, vécues par des milliers de personnes au même moment. »

    Le fond a nourri la forme et inversement. Du coup, pour consulter ce Journal d’une insomnie collective, l’internaute va devoir garder les yeux ouverts une partie de la nuit. L’accès est en effet conditionnel à la prise d’un rendez-vous en ligne avec un des quatre insomniaques — Tina, la conférencière ; Fatia, l’agente de bord ; Francis, le pompier ; et Sarah, la vendeuse en quête d’autres possibles —, qui forment tous les quatre la trame de fond de ce documentaire interactif. Un coup de téléphone, en pleine nuit, à l’heure choisie par l’internaute, donnera ensuite le point d’entrée dans ce documentaire hors-norme, mais tellement de son temps, comme dans ces histoires de vie nocturne alliant attente, désolation et résilience.

    « L’insomnie a toujours été abordée sous l’angle clinique ou économique, dit M. Sweeney. Avec ce Journal, c’est finalement la dimension sociale et anthropologique que nous avons eu envie d’explorer », en donnant des visages, des voix et des confidences à tous ces corps et ces cerveaux qui n’arrivent pas à trouver le sommeil, mais aussi en attisant au passage le phénomène. Paradoxalement.

    C’est que l’insomnie n’est pas seulement liée à l’angoisse, au trop-plein d’idée, à la peur, aux questionnements, aux remises en question, à l’alcool et au café. Elle est également nourrie par tous les outils de communication numérique qui se sont multipliés dans nos environnements, avec leurs écrans lumineux néfastes au cycle circadien — ceux qui, pour cause de luminosité, font passer le corps humain de l’état de veille à celui de réveil. Écrans par lesquels il va falloir forcément passer, en pleine nuit de surcroît, pour assister à cette autopsie humaine et personnelle de l’insomnie. « C’est vrai. Mais ce projet n’a pas d’ambitions thérapeutiques », dit le producteur, histoire de laisser en dormance les mauvaises langues et autres critiques des mutations.
     
    Une reconnaissance internationale

    Imaginé à Montréal par l’ONF, en collaboration avec le studio de création interactive Akufen, le Journal de l’insomnie collective va voir officiellement le jour le 18 avril prochain, dans le cadre du Festival du film de Tribeca à New York, où le projet a été sélectionné dans la nouvelle section Storyscapes dédiée aux projets nouveaux médias audacieux. L’œuvre numérique et interactive de l’Office va y croiser le fer avec des productions d’envergure comme Robots in Residence, en partie nourrie par le travail d’Alexander Reben du Massachusetts Institute of Technology (MIT), qui pose un regard sur l’humanité, du point de vue d’un robot, ou encore This Exquisite Forest, voyage dans la narration collaborative et participative imaginée par Google et le Tate Modern.

    Pour l’occasion, outre sa dimension en ligne, l’œuvre va également s’inscrire dans une installation artistique, une boîte noire censée représenter une chambre dans laquelle il est possible de ne jamais trouver le chemin vers les bras de Morphée, exposée sur le site du festival, où le document de l’ONF va être lancé en première mondiale.

    Avec ce nouveau webdocumentaire, l’ONF poursuit sa conquête des nouveaux espaces de narration et de décryptage du présent avec des documents multiformes sortant de ses bobines habituelles. Désormais, 25 % du budget de l’organisme est consacré à des productions numériques et interactives, dont plusieurs ont été marquantes par le passé. Code barre, qui proposait une réflexion sur la consommation en passant par les objets du quotidien entourant le spectateur, ou encore Écologie sonore, sur notre rapport au bruit, ont été du nombre. « 25 %, c’est beaucoup, a résumé Monique Simard, directrice du Programme français de l’ONF, lors de la conférence de dévoilement du Journal de l’insomnie collective. Et c’est la preuve que nous prenons ça très au sérieux », même si parfois, ont admis les créateurs de ce nouveau projet, cela doit leur faire passer quelques nuits blanches.

     
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel