Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Fred Pellerin reçoit finalement l'Ordre national du Québec

    19 décembre 2012 16h13 |La Presse canadienne | Actualités culturelles
    Québec — Le conteur Fred Pellerin a finalement reçu mercredi l'Ordre national du Québec, des mains de la première ministre Pauline Marois.

    L'auteur avait refusé en marge de la crise étudiante, au printemps dernier, de se présenter à une cérémonie devant le faire chevalier de l'Ordre national du Québec.

    Fred Pellerin, qui arborait le carré rouge en soutien à la cause étudiante, avait alors précisé qu'il acceptait l'honneur, mais estimait que le contexte de crise sociale qui touchait le Québec à l'époque ne se prêtait pas à une telle cérémonie.

    Le populaire conteur, dont les oeuvres Babine et Ésimésac ont été portées au grand écran, avait expliqué qu'il ne pouvait célébrer et trinquer dans un tel contexte, tout en se disant fier d'être ainsi honoré.

    La ministre de la Culture d'alors, Christine St-Pierre, avait peu après associé le port du carré rouge à la promotion du chaos social. Elle s'était par la suite excusée auprès des artistes qu'elle avait pu offenser, dont Fred Pellerin.

    En recevant l'insigne de chevalier de l'Ordre national du Québec, mercredi matin, Fred Pellerin n'a pu s'empêcher d'exprimer sa fierté dans le langage coloré qui le caractérise.

    «Pour moi il y a beaucoup dans cette chose-là, parce qu'il y a le Québec. S'il fallait jouer sur les mots, il y aurait quelque chose d'échevelé dans la chevalerie aujourd'hui!», a-t-il lancé.

    Puis, faisant référence à l'épinglette de chevalier, qualifiée de «pinne», le conteur a développé pour l'occasion tout un nouveau vocabulaire pour décrire la cérémonie.

    «On nous avise avant d'arriver d'avoir quelque chose d'un peu rigide. C'est mon premier veston à vie. On nous installe le petit "rack" qui va recevoir la "pinaison". La cîme de la "pinitude" a l'air d'une grande sobriété, mais les racines sont creuses et vont loin dans le coeur», a expliqué le conteur, fidèle à sa réputation de créer, à partir de simples mots, des images qui vont au-delà de la simple description.

    Dans un tout autre registre, la première ministre Pauline Marois a tenu à souligner la réciprocité entre l'artiste et sa patrie.

    «Que vous soyez ici avec nous ou là-bas à l'autre bout, le peuple du Québec est fier de vous. C'est entre autres pour cette raison que ce peuple vous invite, par notre entremise, à joindre son Ordre national et il vous a entendu exprimer avec humanité l'émotion, l'humilité qui vous caractérisent, la fierté que cet honneur vous donnait», a dit Mme Marois.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.