Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Le Centre PHI se dévoile

    « C’est tous les lieux de l’art en un seul lieu »

    Le nouveau Centre PHI est un lieu de convergence et de polyvalence artistique.
    Photo: Annik MH de Carufel - Le Devoir Le nouveau Centre PHI est un lieu de convergence et de polyvalence artistique.
    Après le téléphone intelligent, voici le bâtiment intelligent. Le nouveau Centre PHI, lieu de convergence et de polyvalence artistique, s’est dévoilé aux médias hier, avant l’ouverture publique du 1er juin.

    La mécène Phoebe Greenberg fait un autre joli cadeau architectural, culturel et technologique à la Ville de Montréal, après DHC/Art, lieu d’exposition pour l’art contemporain ouvert en 2007. Quatre étages de génie architectural (signé In situ) et technologique (signé Go Multimédia) sont maintenant dédiés à l’art - surtout de l’image et du son -, depuis sa conception jusqu’à son archivage, avec toutes ses ramifications et déclinaisons numériques possibles. Tous les espaces sont multifonction et peuvent dialoguer ensemble, « se contaminer », selon la mécène, ou au contraire s’isoler des autres afin de permettre plusieurs performances différentes en simultané.


    « C’est tous les lieux de l’art en un seul lieu », a résumé avant la visite la présidente de PHI, Penny Mancuso. « J’ai eu la chance de rencontrer des artistes importants autour du monde, a confié Mme Greenberg, en fin de visite. J’ai senti qu’on avait besoin d’espaces qui répondent à ces visions artistiques contemporaines, qui utilisent souvent des plateformes médiatiques et les nouvelles technologies. C’est mon espoir de voir évoluer ce lieu avec les prochaines générations. »


    Au premier étage se trouvent un lounge, un futur restaurant et la salle de spectacle modulable pour le live ou l’enregistrement (avec panneaux acoustiques). Le second s’ouvre sur un espace d’exposition pour les arts multimédias et une salle à très haut plafond, pour la projection de films ou leur tournage.


    Au troisième, les bureaux administratifs côtoient des loges d’artistes et le centre nerveux de l’édifice : un studio tripartite pour l’enregistrement musical, la postproduction cinématographique et la régie des opérations dans les différents espaces de diffusion/production.


    La vaste pièce du quatrième peut accueillir des cours de maîtres, salons, conférences, ateliers éducatifs, discussions. Au sommet : une terrasse sur le toit vert. Car les 40 000 pieds carrés de l’ancienne maison de la cristallerie Holland dans le Vieux-Montréal ont été complètement rénovés selon les standards de la certification LEED Or. C’est l’édifice où le court-métrage Next Floor de Denis Villeneuve a été tourné, documentant du même coup sa destruction avant sa renaissance.


    Les activités de PHI se déclinent selon les volets de création - PHI Films, PHI Musique, PHI Create. L’équipe qui logera maintenant au 407, Saint-Pierre veut se donner le temps de tester le potentiel de l’édifice avant de lancer ses activités plus officiellement. « On va utiliser l’été comme une période d’incubation pour offrir une programmation plus étoffée en septembre », a expliqué le vice-président Michael Wright. Une exposition d’art multimédia ouvrira le bal des activités estivales dès le 1er juin.

    Déjà, du 1er au 14 juin, l'exposition interactive Amentia de Jean-François Mayrand explorera les limites de la folie.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.