Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?

    Jean-Guy Moreau: l’imitateur et humoriste s’éteint à l’âge de 68 ans

    Figure marquante de la scène humoristique québécoise, Jean-Guy Moreau, un «p'tit» gars d'Ahuntsic, a fait ses premiers pas sur scène dans les années 60.<br />
    Photo: Archives Le Devoir Figure marquante de la scène humoristique québécoise, Jean-Guy Moreau, un «p'tit» gars d'Ahuntsic, a fait ses premiers pas sur scène dans les années 60.
    Il vient de pousser l’imitation dans ses plus lointaines limites en allant rejoindre René Lévesque et Jean Drapeau qu’il avait si bien caricaturés. L’humoriste et imitateur Jean-Guy Moreau s’est éteint tôt hier matin dans un hôpital de Montréal, a annoncé sa famille. Il avait un demi-siècle de carrière derrière les zygomatiques. Il avait aussi 68 ans.

    « Les enfants de Jean-Guy Moreau tiennent à faire savoir que leur papa est décédé à la levée du jour [ce mardi matin], ont indiqué Antoine, Véronique et Sophie Moreau par voie de communiqué. S’il quitte la scène du théâtre de notre quotidien, c’est pour un show plus gros ! », ont-ils ajouté tout en remerciant les fidèles de l’imitateur pour leur empathie.

    L’artiste avait été admis aux soins intensifs d’un hôpital de Montréal samedi dans la journée. Il souffrait d’insuffisance rénale et cardiaque. Il a rendu son dernier souffle à 4 h 30 du matin mardi, 48 heures environ après s’être opposé à tout acharnement thérapeutique.


    La mort de Jean-Guy Moreau survient quelques jours à peine après le décès d’un autre humoriste de la même génération, Serge Grenier, du quatuor des Cyniques, chose que le grand manitou de l’humour au Québec, Gilbert Rozon, n’a pas manqué de souligner : « Jean-Guy a été le deuxième animateur du festival Juste pour rire, Serge était le premier. Dure année pour les clowns. »


    « Un géant nous quitte, a-t-il ajouté. Jean-Guy m’a procuré mes plus grandes émotions sur scène. Quand il imitait Lévesque, Drapeau… on voyait l’âme. »


    « Un grand artiste, mais surtout un grand Montréalais nous a quittés, a résumé hier le maire de Montréal, Gérald Tremblay. Il faisait partie de ces créateurs dont Montréal est si fière. On se rappellera à jamais de [lui] pour ses imitations de l’ancien maire de Montréal, Jean Drapeau, de l’ancien premier ministre du Québec, René Lévesque, et [pour] la génération d’humoristes et de comédiens qu’il a inspirée. »


    « Il a marqué notre culture, a indiqué Jean-Pierre Ferland. À une époque, quand on n’était pas imité par lui, on se demandait si notre carrière se portait bien. »


    « C’était un humaniste qui aimait l’humour de qualité, a dit hier la ministre de la Culture, Christine St-Pierre, qui a connu personnellement l’artiste. Il ne sombrait jamais dans la vulgarité. Il va nous manquer beaucoup. »


    Figure marquante de la scène humoristique québécoise, Jean-Guy Moreau, un « p’tit » gars d’Ahuntsic, a fait ses premiers pas sur scène dans les années 1960 aux côtés de Robert Charlebois, Pauline Julien et des Cyniques dans des spectacles de chansonniers. C’est dans cet environnement créatif stimulant que l’homme a patiemment façonné son art de la personnification pour devenir en un demi-siècle l’imitateur « aux 1000 visages », comme sa fille Sophie l’a exposé l’automne dernier dans une biographie consacrée à son père.


    En 1984, à l’occasion d’un gala du festival Juste pour rire, l’humoriste consacre son imitation de Jean Drapeau, alors maire de Montréal, imitation construite dans les années précédentes. Cette personnification marquera d’ailleurs l’ensemble de sa carrière et installera même une complicité avec l’édile, qui montera un jour sur scène pour faire un clin d’oeil à Moreau, alors tenu loin des planches en raison d’une crise cardiaque. La ressemblance marquante avec l’original lui permettra d’ailleurs en 2002 de donner corps à Jean Drapeau dans la minisérie Trudeau diffusée sur les ondes de la CBC. Quelques années plus tôt, en 1977, Jean-Guy Moreau portera d’ailleurs dans le champ de la caricature, avec la même force, le premier ministre du Québec de l’époque, René Lévesque, dans son spectacle Mon cher René, c’est à ton tour !


    Outre les figures politiques de son époque, dont Claude Ryan faisait également partie, Moreau avait aussi placé dans sa palette de personnages Georges Brassens, Gilles Vigneault et Yves Montand, qu’il amenait parfois dans les Bye Bye tout comme les nombreuses émissions de télévision auxquelles il a pris part ou animé au fil de sa prolifique carrière.


    Récemment, Jean-Guy Moreau avait renoué avec l’univers des chansonniers, qui lui a donné forme et vie, avec La boîte à chanson continue…, une série de spectacles sur ce thème produite par Garou et le mettant en scène aux côtés de Pierre Calvé, Pierre Létourneau, Claire Pelletier et Robert Charlebois. Il jouait également dans la websérie Manigances (KebWeb.tv) en compagnie de Maxim Martin.


    En 2006, Jean-Guy Moreau a été décoré de l’Ordre du Canada pour l’ensemble de sa carrière. Quatre ans plus tard, le comique avait décidé de remonter sur scène avec son spectacle Le retour de Jean Drapeau dans lequel il renouait avec ses imitations qui ont fait sa renommée.


    Jean-Guy Moreau en quelques dates
    • 1943: Naissance dans le quartier d’Ahuntsic à Montréal1960: Fait ses premiers pas dans l’univers des boîtes à chansons en imitant le mime Marceau, puis Jacques Brel, Gilles Vigneault, Claude Léveillée, Georges Brassens… Il y rencontre Mouffe et Robert Charlebois.
    • 1970: Avec Clémence DesRochers, il coanime une émission bilingue, Les Montréalais, sur les ondes de la CBC.
    • 1973: Il décroche un premier rôle au cinéma dans Y’a toujours moyen de moyenner de Denis Héroux.
    • 1977: Il caricature René Lévesque, nouvellement porté à la tête de la province dans son spectacle Mon cher René, c’est à ton tour !
    • 1984: Maître de cérémonie du deuxième festival Juste pour rire aux côtés du comique français Thierry Le Luron. Il y consacre son imitation de Jean Drapeau à l’occasion d’un gala.
    • 1998: Il personnifie René Angélil dans Le chum à Céline, spectacle sur scène.
    • 2002: Il incarne Jean Drapeau dans la mini-série Trudeau diffusée sur les ondes de la CBC.
    • 2006: Il reçoit l’Ordre du Canada des mains de Michaëlle Jean.
    • 2010: Avec Maxim Martin, il donne vie à la websérie Manigances sur KebWeb.tv
    Figure marquante de la scène humoristique québécoise, Jean-Guy Moreau, un «p'tit» gars d'Ahuntsic, a fait ses premiers pas sur scène dans les années 60.<br />
Dans le cadre de l’émission L’univers de Jean-Guy Moreau, diffusée en 1985 à Radio-Québec. Outre les figures politiques de son époque, Jean-Guy Moreau avait aussi placé dans sa palette de personnages Georges Brassens, Gilles Vigneault et Yves Montand.
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel