Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?

    Archéologie du savant

    Les institutions américaines et françaises se disputent les papiers de Michel Foucault

    Michel Foucault demeure un des penseurs français contemporains rayonnant le plus dans les cercles intellectuels.
    Photo: Archives Le Devoir Michel Foucault demeure un des penseurs français contemporains rayonnant le plus dans les cercles intellectuels.
    Quelle institution, française ou américaine, va acquérir et conserver les archives de Michel Foucault, un des penseurs contemporains les plus cités dans le monde ? Ce sera vraisemblablement une des premières épineuses questions qu’aura à régler le prochain ministre de la Culture de France quand il sera en poste, après les élections de dimanche.

    Le problème a été déclenché par une demande d’autorisation d’exportation déposée par l’héritier des quelque 37 000 feuillets manuscrits et dactylographiés, le sociologue Daniel Defert, âgé de 75 ans, ancien compagnon de vie du philosophe-historien. « La famille de Michel Foucault et moi-même souhaitons que ces archives restent en France, d’autant que l’édition de ses cours n’est pas achevée. Mais si ce n’est pas possible, je n’ai pas de réticence a priori contre l’Amérique, qui a tant fait pour lui », a-t-il déclaré pour expliquer cette démarche. Sans présumer de rien, il faut rappeler que la menace d’exportation est parfois utilisée pour stimuler les enchères. Les documents valent certainement plusieurs millions.
     

    La Bibliothèque nationale de France (BNF) et l’Institut mémoires de l’édition contemporaine s’affrontent pour l’acquisition. « Bien que les moyens, le prestige et l’ancienneté de la première soient plus importants que ceux de la deuxième, on ne sait trop laquelle est l’outsider et laquelle le challenger », résumait dimanche Pierre Assouline dans son blogue du Monde.


    Le fonds foucaldien serait aussi dans la mire de prestigieuses universités américaines, celles de Berkeley, de Chicago et de Yale. Elles ont toutes des centres d’études de la pensée de Foucault.


    L’État français a décidé il y a deux semaines, en pleine campagne présidentielle, de classer les archives comme « trésor national ». La masse protégée couvre quatre décennies de production savante, des années de formation du diplômé de l’École normale supérieure (à partir de 1946) jusqu’à son décès en 1984. On y retrouve des notes de lecture pour la constitution d’oeuvre majeures, comme Les mots et les choses, des écrits préparatoires aux cours et aux conférences ainsi que des versions subséquentes de livres. L’ensemble a été jugé « unique pour la compréhension et l’étude de l’oeuvre de Michel Foucault » par la Commission consultative des trésors nationaux après une demande d’examen du ministère de la Culture.


    La mesure étatique demeure exceptionnelle, de l’ordre de un pour mille, soit une dizaine de refus d’exportation pour 8000 ou 9000 demandes par année. Elle protège la toile ou le manuscrit pour un délai de 30mois, le temps d’accumuler les sommes nécessaires à son acquisition. Le certificat d’exportation a été utilisé récemment pour empêcher le transfert des archives du situationniste Guy Debord dans une université des États-Unis.


    Avec Pierre Bourdieu et Jacques Derrida, Michel Foucault demeure un des penseurs français contemporains rayonnant le plus dans les cercles intellectuels. Le trio est particulièrement apprécié dans les cercles des cultural studies, des recherches transdisciplinaires à forte dimension critique qui s’intéressent particulièrement aux formes du pouvoir et de la contestation.


    L’argent ne semble pas poser de problèmes pour les grandes universités américaines. Les Institutions françaises s’activent pour convaincre des donateurs privés. Un « dîner des mécènes » est prévu le 11 juin à la BNF.

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel