Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Direction : 40, rue du Design

    Le Salon national de l'habitation rend hommage à la carrière quarantenaire du créateur Jean-Claude Poitras

    Jean-Claude Poitras: «La mode change au printemps, en été, à l’automne et à l’hiver; le design d’intérieur a quelque chose de plus durable. C’est notre cocon.»<br />
    Photo: Source: Nota Bene Design Jean-Claude Poitras: «La mode change au printemps, en été, à l’automne et à l’hiver; le design d’intérieur a quelque chose de plus durable. C’est notre cocon.»
    Au Salon national de l'habitation, Jean-Claude Poitras présente le prix de la relève Vitre-Art, un concours qu'il parraine, ce soir à 19h. Demain à 14h et dimanche à 15h, le designer donne une conférence intitulée «40 ans de style et de design». Place Bonaventure de Montréal. salonnationalhabitation.com.
    Le réputé designer québécois et collaborateur au Devoir Jean-Claude Poitras a œuvré pendant 30 ans dans le domaine de la mode, et c'est le milieu du design intérieur, qu'il a adopté en 2002, qui souligne ses 40 ans de carrière dans une rétrospective présentée jusqu'à dimanche au Salon national de l'habitation de Montréal. Plus inspiré que jamais, alors que son entourage songe à la retraite, l'homme de style en a encore très long à dire. Sur la mode. Et dans ses créations.

    Il y a deux ans, lorsque Le Devoir a rencontré Jean-Claude Poitras pour le lancement de sa collection d'habits pour la maison, Poitras, 13, rue de l'Univers, il annonçait sur un ton grave que ce virage vers la décoration était peut-être son dernier. Il en était convaincu.

    Mais il ne réalisait pas que la flamme serait encore aussi puissante. «On m'a déjà dit: "Les natures comme vous vont produire le meilleur de leurs oeuvres après la soixantaine." C'est fou, mais... je commence à le croire, lance ce monument de la mode, fier malgré l'épuisement. Toutes ces années d'expérience font que j'ai envie de créer. Maintenant. Je n'ai plus de temps à perdre.» À 63 ans, Jean-Claude Poitras sait plus que jamais quelle direction prendre.

    Le designer venait à peine de terminer l'installation de sa rétrospective, répartie en quatre thèmes (arts de la couture, de la table, de la maison, du rangement), qu'il orchestrait cette semaine un défilé pour l'Association pulmonaire du Québec et donnait le trait final à ses dessins à l'encre de Chine et à ses sculptures lumineuses, qu'il exposera en mai à la Galerie Roccia.

    Il peaufine la refonte de son site Web et vient de sortir une collection de dressing, des rangements pour garde-robe, en collaboration avec le Groupe Gagnon, et l'un de ses îlots-hommages au salon donne même un avant-goût de sa nouvelle collection d'accessoires de mode.

    La relève

    Dans tous ses projets, le designer s'entoure d'une équipe de jeunes créateurs et leur sert à la fois de mentor, de guide. «La relève est très importante et elle m'inspire tellement. Ils veulent apprendre, créer des collectifs [alors que leurs aînés en mode misent toujours sur le «chacun pour soi»]. Ils sont extraordinaires à tous les points de vue.»

    Alors, oui, la retraite attendra.

    L'artiste n'a jamais pu se concentrer sur une seule chose, et ce que Poitras touche se transforme en art. En design d'intérieur, il a créé des plateaux à fromage, des linges de table, des services de thé, des paravents de verre. Une bûche de Noël pour la boulangerie Première Moisson. Tout l'inspire et il toucherait à tout. Tout. «J'ai en horreur les abris Tempo, c'est ce qui me déprime le plus à l'arrivée de l'hiver. Mais si Tempo m'approchait, ce serait un beau défi de rendre ça esthétique et beau», dit celui qui a justement été reconnu pour son utilisation du drapé, de la rondeur, des courbes.

    L'ensemble des modes

    Même lorsqu'il dessinait les vêtements, il pensait aux femmes, aux hommes, aux manteaux. «J'ai toujours vu l'ensemble des modes, même si j'ai été surtout associé à la mode féminine.» Jean-Claude Poitras est l'innovateur, un homme de style plus que de tendances, et c'est même dans l'adversité que le visionnaire a créé.

    Il a bouleversé le domaine de la mode en 1990 lorsqu'il a créé une ligne spéciale et abordable pour les boutiques Le Château. «On a menacé de retirer mes collections plus haut de gamme dans les boutiques de luxe si je continuais à collaborer avec Le Château, alors qu'aujourd'hui, tout le monde le fait», dit-il: H&M avec Jimmy Choo et Versace, tandis que Bedo a tenté le coup avec Denis Gagnon.

    Ce pilier du design a même fait des vagues dans le domaine de l'habitation, concevant avant le temps une maison écologique, la Poitras Casa, en 2004, et réanimant le vitrail en 2006 avec Nicolas Barazin, de Vitre-Art, pendant que les concurrents pariaient que le duo courait à sa perte.

    Aujourd'hui, ils s'y mettent à leur tour. «Je sais que, souvent, j'ai été trop tôt. Mais j'ai été entraîné pour être un designer de mode et on est fatalement entraîné pour l'éphémère. Dès qu'une saison se terminait, je partais vers un autre style, d'autres couleurs, ça devait changer; en mode, on ne peut pas se répéter. En mode, on est formé pour être des chasseurs de tendances.» C'est ce rythme drainant des saisons qui l'a fait rentrer à la maison en 2002.

    «Le design d'intérieur a quelque chose de plus durable. C'est notre cocon. La mode, elle, change au printemps, en été, à l'automne, à l'hiver. On se lasse plus facilement de notre look, alors qu'il y a quelque chose de rassurant à revenir chez soi, dans notre univers», constate Poitras, dont l'univers contient deux chaises de son premier appartement et les coffres centenaires ayant appartenu à sa grand-mère. «Quand on achète une pièce, il faut se demander: "Vais-je l'aimer toute ma vie?".» Lorsqu'il regarde son logis, c'est ce qu'il voit.

    Le parcours de sa vie.

    ***

    Quelques dates charnières

    1972 Première collection automne/hiver 1972-1973 de Jean-Claude Poitras.
    1989 Fil d'or à Monte-Carlo.
    1990 Canadian Menstyle Award à Toronto.
    1994 Prix de la Ville de Québec pour le designer de l'année.
    1995 Officier de l'Ordre du Canada.
    2000 Prix-hommage de la griffe d'or.
    2002 Poitras prend le virage design d'intérieur et crée ses premiers concepts de cuisine pour Maax.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.