Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Une île en Amérique, une boutique en ville

    Isabelle Brais a rassemblé les figures de proue de notre milieu du prêt-à-porter.<br />
    Photo: Annik MH de Carufel - Le Devoir Isabelle Brais a rassemblé les figures de proue de notre milieu du prêt-à-porter.
    Carnet de style

    La Palme d'or à Dress to Kill

    Bel exploit que ce numéro d'automne «Spécial cinéma» du magazine mode et lifestyle Dress to Kill.

    Réalisation soignée, scénario bien étoffé, photographie sublime signée Carl Lessard et interprétation remarquable des 16 acteurs dominants de la nouvelle vague québécoise.

    La carte blanche proposée au cinéaste Xavier Dolan s'avère une réussite sur toute la ligne et représente le premier coup de coeur de la rentrée.

    Stéphane Le Duc, son rédacteur en chef, n'en finit plus de peaufiner son style de numéro en numéro, hors des sentiers battus.

    Du grand art!
    Le Mile-End vient de s'enrichir d'une adresse prestigieuse presque entièrement consacrée à la mode québécoise. En complément de programme, il y aura quelques signatures canadiennes d'avant-garde. Une île en Amérique, rue Laurier à Montréal, se veut désormais la référence incontournable des créateurs d'ici.

    On retrouve ainsi réuni sous un même toit le best of de plus de 30 designers de mode et d'accessoires, du jamais vu à Montréal! Le résultat est saisissant: c'est à une véritable célébration du savoir-faire exceptionnel de nos créateurs que la maîtresse des lieux, Isabelle Brais, nous convie.

    Il est bon de redécouvrir tant de styles uniques et complémentaires qui se côtoient en parfaite harmonie. Mme Brais a réussi son pari avec classe en rassemblant autour de son projet visionnaire les figures de proue de notre milieu du prêt-à-porter, de Marie Saint Pierre à Michel Desjardins, de Nadia Toto à Christian Chenail et de Denis Gagnon à Joseph Helmer, pour ne nommer qu'eux.

    Ils brillent tous dans cet écrin précieux d'une lumière étincelante. L'endroit est magique et Mme Brais n'a pas lésiné sur la qualité des matériaux; la déco sobre et minimaliste met en valeur les collections de chaque artiste. Dans cet univers tout blanc de plus de 2000 pieds carrés qui occupe deux niveaux, on ne peut qu'admirer l'escalier majestueux qui verra défiler les plus beaux vêtements, tant de nos designers établis que de la relève. Si cette opération de branding séduisante est si bien aboutie, c'est qu'Isabelle Brais a su éviter les pièges rattachés au monde de la mode, taxé trop souvent d'élitisme et confronté à coups de snobisme par la people attitude.

    Ici, bien au contraire, la boutique mêle merveilleusement l'authenticité et la convivialité. Çà et là, des fauteuils très confortables nous invitent à s'y attarder. Ce lieu de rencontres et d'échanges se veut en quelque sorte la maison des designers et de leurs clientèles.

    C'est ce que souhaite profondément la propriétaire de cet espace création toujours en évolution. Ce carrefour de styles et de tendances illustre bien que le talent de nos créateurs ne peut être mis en doute. «Il est essentiel pour moi de bâtir auprès des Québécois la fierté et la reconnaissance d'une mode typique et créative qui n'a rien à envier aux autres grandes capitales», dit Isabelle Brais.

    Une première étape


    Pour cette pasionaria idéaliste, Une île en Amérique ne représente qu'une première étape: elle caresse depuis longtemps le rêve de faire rayonner nos designers bien au-delà de nos frontières. Si ce premier projet connaît le succès espéré, nous pourrions ainsi retrouver d'autres boutiques phares, notamment à New York et à Paris.

    Selon la nouvelle ambassadrice de la mode québécoise, il ne faut toutefois pas s'illusionner: «Je veux faire connaître les créateurs d'ici auprès d'un large public, mais je ne pourrais me satisfaire de leur avoir offert uniquement une superbe vitrine; le succès commercial doit également être au rendez-vous. Je tiens à les voir tous prospérer.»

    Si cette ambitieuse réalisation suscite déjà beaucoup d'attentes, l'initiatrice s'avère un personnage hors du commun qui mérite qu'on s'y attarde. On est immédiatement sous le charme de cette grande femme à la grâce naturelle, chaleureuse et spontanée. Sa silhouette de mannequin donne son plein potentiel à tout ce qu'elle porte et lui permet d'adopter toutes les tendances, même les plus éphémères. Mais cette femme de style ne sera jamais une fashion victim.

    Lors de ma visite, elle avait craqué pour une adorable robe-manteau transparente dans une matière totalement révolutionnaire de Benoit Therrien, qui signe la griffe Benédiction, une belle découverte et un coup de coeur absolu. Même chose pour les sacs de cuir éclairés au DEL à l'intérieur, de la jeune maroquinière Annick Lévesque, pour ceux, très beaux également, de Fullum & Holt, sans oublier les bijoux d'Andrée Tétreault, de Davmani et de tant d'autres.

    Une île en Amérique, c'est bien plus qu'une mode, c'est un art de vivre. Les oeuvres monumentales Radiographies de l'âme, du grand artiste inclassable Pierre Drouin, qui habillent pour les trois prochains mois les murs de la boutique, en sont la preuve irréfutable. Nous aurons droit, ainsi, à quatre expositions annuelles d'artistes multidisciplinaires. Il faut également se réjouir de la renaissance d'une figure légendaire d'Outremont, la fleuriste Madame L'Espérance, qui élira domicile prochainement dans ce magasin déjà emblématique.

    L'élégance de rigueur

    Dès l'enfance, l'élégance était de rigueur pour Isabelle Brais, tant au propre qu'au figuré, et elle garde un souvenir ému de sa mère, couturière perfectionniste qui collectionnait amoureusement les patrons Vogue. C'est à cette dernière qu'elle commanda son petit tailleur pour sa première communion. Déjà, à cette époque, Isabelle n'aimait rien faire comme les autres.

    Le grand projet qu'elle caressait depuis si longtemps et qu'elle a su faire passer du rêve à la réalité avec maestria pourrait bien représenter pour les créateurs québécois le début d'un temps nouveau.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.