Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Dès le 4 août - La Place des festivals accueillera le volet extérieur de Présence autochtone

    «Ce sera un parcours dans lequel on invitera les visiteurs à s'insérer»

    Selon André Dudemaine, directeur de l’événement, l’occupation de la Place des festivals devrait permettre à Terres en vues de mieux remplir sa mission.
    Photo: Olivier Zuida - Le Devoir Selon André Dudemaine, directeur de l’événement, l’occupation de la Place des festivals devrait permettre à Terres en vues de mieux remplir sa mission.
    Cet été, Présence autochtone souffle ses 20 chandelles. Si, depuis ses débuts, l'événement est entièrement présenté en juin à Montréal, cette année, les festivités seront tenues en deux temps. Forcés de réviser leur calendrier en raison du déménagement des Francofolies, les organisateurs du festival ont choisi de déployer leur premier volet en juin et de tenir le second en août, du côté de la Place des festivals.

    «On lorgnait vers la Place des festivals depuis déjà un bon moment et on souhaitait vraiment pouvoir occuper les lieux pour notre 20e anniversaire, mais on avait assez peu de nouvelles, à savoir quel type de programmation y serait présentée et si on allait pouvoir s'y insérer», raconte André Dudemaine, directeur de Présence autochtone.

    Lorsque les organisateurs des FrancoFolies ont annoncé leur intention de tenir leur 22e édition à la Place des festivals en juin, M. Dudemaine et son équipe ont compris que les dés étaient jetés et qu'il serait impossible de tenir Présence autochtone aux dates habituelles.

    «Pour nous, il était certain que la place Émilie-Gamelin n'offrait plus de possibilités de développement vers où on voulait aller, explique le directeur de Présence autochtone. En plus, ç'aurait été vraiment s'enfermer dans le rôle de parent pauvre que d'aller à la place Émilie-Gamelin quand Spectra déploie le grand décor des FrancoFolies à trois coins de rue de là!»

    Aux dires d'André Dudemaine, ce changement de plan s'est révélé être un mal pour un bien. Forcés de repenser leurs modes d'intervention, les organisateurs de l'événement ont retroussé leurs manches et ont préparé un plan d'installation se déployant du 4 au 8 août, lequel a été accepté avec beaucoup d'enthousiasme par les gens du Quartier des spectacles.

    «En matière de calendrier, ça tombe en plein dans la haute saison touristique. Ça commande des modes d'intervention qui sont d'une autre dimension que ceux qu'on avait connus dans les années antérieures. Ce sera un beau grand pas en avant pour le festival», souligne M. Dudemaine.

    Heureusement pour Présence autochtone, le festival bénéficiera d'un budget à la hauteur de ses ambitions. Grâce au soutien de Tourisme Montréal, de Tourisme Québec, de Développement économique Canada et du Partenariat du Quartier des spectacles, le festival disposera d'une cagnotte d'un million de dollars, soit 250 000 $ de plus que l'an dernier.

    Un pas en avant

    Selon le directeur de l'événement, l'occupation de la Place des festivals devrait permettre à Terres en vues de mieux remplir sa mission. L'organisme, qui a pour mandat de faire connaître et apprécier les cultures premières, ainsi que d'encourager le dialogue interculturel par la diffusion d'oeuvres qui expriment la vitalité culturelle et artistique des Premières Nations, sera mieux positionné pour parvenir à ses fins.

    «On n'a pas encore atteint notre plein potentiel de développement, à la fois sur les plans de la création et de l'arrimage des cultures, soutient M. Dudemaine. Pour la première fois cette année, nous serons vraiment coproducteurs de spectacles. Ce sont des choses qu'on avait faites par le passé, mais de façon très timide. On veut prendre cette direction de façon plus marquante, dans la mesure où il y a des créateurs qui émergent et qui ont besoin de nous. Aussi, depuis 20 ans, beaucoup de créateurs se sont fait connaître et ceux-ci ont des projets plus ambitieux. Ça fait aussi partie de notre mission de soutenir des oeuvres consistantes.»

    Un meilleur arrimage

    S'il existe depuis une vingtaine d'années, le festival Présence autochtone est toujours méconnu d'une bonne partie de la population québécoise. Selon M. Dudemaine, la visibilité que conférera la Place des festivals à Présence autochtone est susceptible de changer la perception que partagent beaucoup de Québécois à l'égard des Premières Nations.

    «Sur le plan de l'arrimage entre le développement touristique et la présence autochtone à Montréal, il y a encore beaucoup à faire. Que le festival soit déployé sur la Place des festivals cette année, ce sera bénéfique à la fois pour les Premières Nations et pour l'ensemble de la population. Si on reconnaît un rôle de premier plan, dans la panoplie des festivals, à celui des Premières Nations, c'est qu'on reconnaît aussi les cultures premières dans le paysage culturel. Ça, c'est un grand pas en avant», reconnaît M. Dudemaine.

    Programmation

    Le coup d'envoi du premier volet de Présence autochtone sera donné le 17 juin prochain par un grand spectacle d'ouverture réunissant Elisapie Isaac, Michel Faubert, Samian, Robert Seven-Crows, Mary-Jane Lamond et VJ Lady Pink Rubber Lady à eXcentris. La programmation de ce premier mouvement se poursuivra jusqu'au 27 juin.

    Le second volet de Présence autochtone, entièrement extérieur, sera tenu du 4 au 8 août à la Place des festivals. La programmation, encore à l'état embryonnaire, devrait se préciser d'ici juillet.

    «Pour ce qui est des spectacles en soirée, nous travaillons fort là-dessus, mais rien n'est encore tout à fait certain. De jour, il y aura une installation design à la Place des festivals, qui utilisera les jets d'eau et qui tiendra compte des lieux. Ce sera un parcours dans lequel on invitera les visiteurs à s'insérer, un lieu où on pourra circuler, flâner, s'asseoir. Il y aura une foire artisanale, des démonstrations, de la danse, et les arts et métiers traditionnels seront à l'honneur», souligne M. Dudemaine.

    Les festivités culmineront le dimanche 8 août par la tenue d'une cérémonie spéciale réunissant des leaders spirituels de différentes nations. Ce sera l'occasion de souligner la Journée internationale des populations autochtones, traditionnellement célébrée à travers le monde le 9 août.

    Pour plus de détails sur la programmation du festival: www.nativelynx.qc.ca.

    ***

    Collaboratrice du Devoir
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel