Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Des créateurs de mode maison

    Les boutiques Zara Home, qui habillent dorénavant les apparts, lofts et résidences des amoureux de design en Europe, s’apprêtent maintenant à venir conquérir les intérieurs nord-américains, de la cave au grenier.
    Photo: Agence France-Presse (photo) Olivier Laban-Mattei Les boutiques Zara Home, qui habillent dorénavant les apparts, lofts et résidences des amoureux de design en Europe, s’apprêtent maintenant à venir conquérir les intérieurs nord-américains, de la cave au grenier.
    Le très apprécié créateur Jean-Claude Poitras avait l'habitude, depuis quelques années, de nous entretenir de temps en temps sur des sujets fort intéressants concernant l'industrie de la mode, avec ses grandeurs et ses misères. Il signera dorénavant une chronique régulièrement, le dernier samedi de chaque mois, pour nous parler de mode, mais aussi de thèmes connexes englobant tout le milieu du design.

    À l'heure du total design, les créateurs de mode, toujours à l'affût des dernières tendances et entraînés pour être des défricheurs et des visionnaires, jouissent d'un flair redoutable qui les amène à détecter à la source les courants émergents qui vont marquer la planète design.

    Flairer, sentir, scruter, griffer et faire évoluer, voilà la mission des designers qui font reculer les frontières de la mode du placard à la chambre à coucher, en envahissant nos intérieurs et en donnant un nouveau sens à la notion d'art de vivre.

    Si tous les intervenants de l'univers du design ont toujours reconnu que les tendances venaient d'abord du monde de la mode pour, quelques années plus tard, influencer les collections maison, peu d'acteurs du milieu auraient pu prédire une telle vague déferlante au cours des dernières années.

    Pour ces chasseurs de tendances et ces figures de proue du changement, habitués à créer dans l'urgence, à tout remettre en cause tous les six mois et à se réinventer continuellement pour se sentir in, il n'est pas question de se reposer sur leurs derniers succès et accomplissements.

    Voilà la force et la faiblesse de l'industrie de la mode: créer sans arrêt pour ne pas risquer de sombrer dans l'oubli et se donner l'impression de renaître avec chaque collection, car après tout, l'important dans ce métier n'est pas d'arriver, mais bien plutôt de durer. Les vrais créateurs vous diront qu'ils éprouvent la nécessité de vivre en accéléré à ce rythme infernal pour avoir la sensation d'exister. Avec leur curiosité insatiable, leur recherche inlassable et leur amour de la nouveauté, plusieurs d'entre eux trouvent avec le design d'intérieur un équilibre qui vient contrecarrer le côté trop éphémère de la mode. Ils ont ainsi le temps de souffler un peu avec une approche plus intemporelle quant à leur besoin d'esthétisme et de créativité. La décoration est donc devenue une voie incontournable qui prolonge leur mode et leur style.

    Il y a en chaque créateur de mode un peintre qui sommeille lorsqu'il compose chaque saison sa palette de couleurs, un sculpteur qui s'exécute lorsqu'il moule ses formes, ainsi qu'un architecte qui s'impose lorsqu'il définit ses lignes, ses structures et ses bases.

    Quand on exerce ce métier, il faut toujours avoir des références et des images qui stimulent et inspirent ses admirateurs afin de leur faire partager sa part de rêve, en espérant que les aficionados soient toujours au rendez-vous.

    Chacun cherche son style et sa tribu

    Qu'il semble révolu, le temps où le Tout-Paris s'étonnait, en 1982, du fait que l'on avait mandaté la créatrice Sonia Rykiel pour imaginer les nouveaux décors et la vaisselle de l'hôtel Crillon, dans la Ville lumière.

    De nos jours, Giorgio Armani possède ses hôtels-boutiques en offrant une expérience lifestyle unique. Sa pub unilingue, «Stay with Armani», véhicule bien le chic de son image de marque. Sa collection Armani Casa fait un tabac en Europe en mêlant audacieusement les raffinements de l'Asie et le glamour de l'Art déco.

    Bulgari, la grande maison italienne de mode et d'accessoires, redéfinit la notion du luxe milanais avec son hôtel Bulgari Milano et propose ses chambres à compter de 800 euros la nuit.

    À Paris, Christian Lacroix a marqué de sa griffe reconnaissable entre toutes les décors de l'hôtel Le Bellechasse et du Petit Moulin. Il continue de nous charmer avec ses collections dédiées aux arts de la table diffusées par Christofle, un fleuron de l'industrie du luxe made in France.

    Le Japonais Kenzo, installé à Paris depuis les années 1970, décline aujourd'hui ses collections maison du linge de table au mobilier contemporain en couleurs réjouissantes et en imprimés floraux poétiques si caractéristiques de son label, autrefois réservé uniquement au prêt-à-porter.

    On reconnaît bien également la fantaisie du couturier Jean-Charles de Castelbajac, qui crée depuis trois ans des chaises craquantes en acrylique où s'invitent des personnages célèbres comme Baudelaire, Rimbaud, Wilde et Poe. Pour lui, le cobranding s'impose comme une évidence et il est conscient de participer à la démocratisation de la beauté: «Je dessine du POPier peint, de la POPcelaine, de la POPeterie, et je veux que tous ces produits soient de qualité et accessibles. J'ai nommé cette démarche le LCL, pour Low Cost Luxury.» Sacrés Français!

    Pendant ce temps, aux États-Unis, les empires financiers derrière les designers ont vite reconnu l'importance de ces produits dérivés consacrés à la maison et en ont fait une priorité.

    Ralph Lauren, avec son esprit très Nouvelle-Angleterre, fut en ce sens un pionnier qui a su flairer le filon dès les années 1990. Ses collections maison représentent aujourd'hui un pourcentage prépondérant et toujours croissant de son chiffre d'affaires.

    Même chose pour Calvin Klein qui, par son côté zen et minimaliste, fait la joie des BOBO (bourgeois-bohèmes) de Soho à San Francisco.

    Les Américains branchés dorment ainsi chaque soir dans des draps signés Donna Karan ou Tommy Hilfiger et s'épongent au sortir de la douche chaque matin dans des draps de bain griffés Marc Jacobs ou Todd Oldham.

    Une petite révolution s'annonce également à l'horizon, avec la multinationale espagnole Zara, jusqu'ici bien connue pour ses collections de vêtements trendy à prix abordables pour femmes, hommes et enfants, et qui s'est implantée récemment partout en Europe avec des boutiques concepts entièrement consacrées à la maison. Les Zara Home habillent dorénavant les apparts, lofts et résidences des amoureux de design. Fort de son succès européen, Zara Home s'apprête maintenant à venir conquérir les intérieurs nord-américains, de la cave au grenier.

    ***

    Collaborateur du Devoir












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.