Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Enquête de l'Observatoire de la culture et des communications du Québec - De villes en culture

    Les municipalités consacrent 5,1 % de leur dépenses à la culture

    La culture a récolté un peu plus d'un demi-milliard de dollars des municipalités du Québec en 2007. Elle accapare 5,1 % de toutes les dépenses municipales. Ce sont les premiers résultats d'une enquête que l'Observatoire de la culture et des communications du Québec (OCCQ) entend mener chaque année sur les dépenses culturelles de toutes les municipalités de la province.

    Les villes québécoises ont ainsi consacré 536 millions de dollars à la culture en 2007. Près de la moitié de ce montant provient uniquement de Montréal et Québec. Ce sont toutefois les modestes municipalités de 25 000 à 99 999 habitants qui affectent la plus grande part (6,5 %) de leur budget de fonctionnement à la culture. La métropole et la capitale injectent quant à elles 5,8 % de leurs dépenses de fonctionnement en culture. Même la part des villes périphériques (Laval, Gatineau, etc.) et intermédiaires (Sherbrooke, Trois-Rivières, etc.) est moindre (respectivement 3,9 % et 4,8 %) que celle des villes de 10 000 à 25 000 habitants (5,6 %).

    Par «culture», on entend les bibliothèques, qui avalent d'ailleurs la moitié des dépenses culturelles (226 millions), les arts et lettres, les festivals et événements, les loisirs culturels et scientifiques, le patrimoine-art public-design et les archives. Après les bibliothèques, les municipalités dépensent d'abord en arts et lettres, sauf les (deux) grandes villes, dont le second poste de dépenses est le patrimoine, l'art public et le design (73 millions), devant les arts et les lettres (43 millions).

    Mais l'indicateur de comparaison le plus intéressant se trouve du côté des dépenses culturelles par habitant. Les municipalités dépensent en moyenne 70 $ par habitant pour la culture, les plus généreuses étant les (deux) grandes villes (117 $ par habitant). Viennent ensuite les villes plus modestes et intermédiaires (de 25 000 à 199 000 âmes), qui remportent la palme des dépenses culturelles par habitant avec 66 $, contre 59 $ pour les villes périphériques (Laval, Gatineau, Lévis, Longueuil).

    La perspective régionale de l'étude statistique souligne l'effet de «siphonnage» des régions centrales au détriment des régions périphériques. Ces dernières, qui abritent près de la moitié de la population, allouent ainsi une moindre part (4,3 %) de leur budget de fonctionnement à la culture que les régions éloignées (4,5 %).

    Un projet pilote avait déjà permis à l'OCCQ de colliger les dépenses culturelles de 11 municipalités de 2002 à 2005. Huit villes s'y sont ajoutées en 2006, permettant ainsi à l'OCCQ de publier trois bulletins statistiques. Mais il s'agit du premier numéro couvrant l'ensemble des 1115 municipalités de la province, dont la très grande majorité (946), rappelons-le, compte moins de 5000 habitants. Avec les données fédérales et provinciales déjà disponibles, l'OCCQ souhaite «dresser un portrait complet et détaillé des dépenses publiques au titre de la culture».












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.