Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Dédé récupéré

    17 mars 2009 |Nicole Bélanger - Écrivaine, scénariste et ex-blonde de Dédé | Actualités culturelles
    Au milieu de l'énorme battage publicitaire et promotionnel fait autour du film Dédé à travers les brumes, il serait peut-être bon d'écouter la voix du principal intéressé. Pas la voix du Dédé tout propre, tout beau, plus socialement acceptable, plus sortable (comprendre exportable) que l'on nous présente dans le film.

    Pas la voix du Dédé dépouillé de son accent du Lac-Saint-Jean et qui lave plus blanc que l'on entend dans la bande originale, mais celles du vrai Dédé. Le Dédé brillant, énervé, Dédé récupéré énervant, rebelle et contestataire; celui qui parlait pour les pauvres, les pas beaux, les différents; le Dédé qui a existé dans la vie réelle, qui a planté un couteau dans son vrai coeur et qui est mort au bout de son vrai sang.

    «Maudit que le monde est beau

    Dans les films de Jean-Claude Lauzon

    En Harley-Davidson

    Pas de casque, pas de tête, pas de pantalon

    Câline qu'le monde est beau

    Dans notre dernier vidéoclip

    Hé que le monde est donc beau

    Avec sa chirurgie plastique.»

    [...]

    «Maudit que le monde est beau

    Quand y va chercher son oscar

    Maudit que le monde est beau

    Dans un décapotable de char»

    (Maudit que le Monde est beau!, Les Colocs; paroles d'André Fortin)



    Non, Dédé, il n'est pas beau le monde. Il est plus factice et plus menteur qu'au temps où tu l'as quitté. Il n'y a plus de sincérité ni d'humanité dans grand-chose. On ne respecte plus la mort ni le chagrin du deuil. On exploite et récupère sans scrupule tout ce qui peut rapporter pour nourrir d'insatiables monstres avec la complicité tranquille d'un public assoiffé d'émotions.

    «Aujourd'hui, la télévision est v'nue nous voir

    Pour constater l'état du désespoir.

    Une coup'e de sans-abri à la veille de Noël

    Ça c'est un beau sujet pour le show des nouvelles»

    [...]

    «La caméra dans 'face, j'y faisais des grimaces

    Mais que c'est qui font là à filmer ma carcasse»

    (Passe-moé la puck, Les Colocs; paroles d'André Fortin)

    Je ne le sais pas, Dédé... Je peux seulement souhaiter que tu reposes en paix dans ton éternité et que tu n'entendes pas les marchands du temple quand ils viendront danser sur ta tombe en se partageant le butin.
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel