Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Patrimoine - Nouveaux espoirs de sauvetage à l'horizon pour la maison LaFontaine

    L’arrondissement Ville-Marie avait amorcé un plan d’achat de la maison LaFontaine en 2006, resté sans suites faute de fonds.
    Photo: Jacques Grenier L’arrondissement Ville-Marie avait amorcé un plan d’achat de la maison LaFontaine en 2006, resté sans suites faute de fonds.
    Les espoirs de sauver la maison LaFontaine, située au coeur de Montréal, refont surface. Selon l'un de ses plus ardents défenseurs, le sénateur Serge Joyal, des programmes annoncés cet automne par le gouvernement du Québec offrent à la Ville une marge de manoeuvre pour acquérir et éventuellement restaurer ce monument historique cité.

    «Il y a espoir parce qu'il y a maintenant des programmes qui sont qualifiés pour que la Ville puisse obtenir des contributions des gouvernements à la fois canadien et québécois», a indiqué au Devoir hier le sénateur libéral Serge Joyal, qui milite pour le sauvetage de la maison de l'ex-premier ministre canadien depuis plusieurs années.

    M. Joyal et Phyllis Lambert, partenaires militants dans ce dossier, en ont discuté avec Christine St-Pierre du ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine du Québec (MCCCQ) il y a trois semaines. Ils rencontreront jeudi le maire Gérald Tremblay, qui s'est montré sensible à leur cause lors du Rendez-vous Montréal métropole culturelle, en novembre.

    «Ils vont poursuivre les discussions entamées au Rendez-vous», a confirmé l'attachée du maire, Renée Sauriol, sans avancer que le projet d'acquisition était remis sur les rails.

    Puisque la Commission des biens culturels du Québec a refusé le classement patrimonial de la maison LaFontaine l'an dernier, son expropriation et son acquisition par la Ville demeurent «la seule option» selon M. Joyal, pour accéder à des fonds provinciaux et fédéraux en vue de la restaurer. L'arrondissement Ville-Marie avait amorcé un plan d'achat en 2006, resté sans suites faute de fonds. Mme Sauriol rétorque qu'«il y a peut-être d'autres solutions».

    Programmes en renfort?

    Pour permettre l'achat et la restauration de la maison patrimoniale, le sénateur Joyal compte sur le programme de 885 millions de dollars pour les infrastructures culturelles lancé en novembre. Or le MCCCQ rappelle que ce programme ne peut servir à acquérir de nouveaux équipements culturels, mais bien à restaurer ou rénover ceux existants. La Ville pourrait toutefois bénéficier de ces programmes pour la restauration après l'acquisition.

    M. Joyal mise aussi sur le renouvellement bonifié de l'Entente sur le développement culturel de Montréal, particulièrement favorable à la mise en valeur du patrimoine. Québec et Montréal se sont en effet engagés à verser 21 millions supplémentaires afin d'élargir l'accessibilité des programmes d'aide aux sites d'intérêt patrimonial recensés par la Ville. Or la maison LaFontaine fait partie des monuments historiques cités depuis 1988.

    «Il est évident que la maison LaFontaine est très intégrée au circuit historique de la vie politique de Montréal au XIXe siècle avec la maison Papineau, la prison des Patriotes, les ruines du parlement, la maison Cartier», fait valoir le sénateur.

    Sans fermer la porte à cette éventualité, le MCCQ insiste: «La balle est dans le camp de la Ville; c'est à elle de monter un projet et de le faire entrer par la bonne porte pour avoir accès à l'argent», dit la porte-parole Marie-Hélène Paradis.

    Sauvée de la démolition en 1987 par Héritage Montréal et le sénateur Joyal, la maison LaFontaine est à l'abandon depuis plus de 15 ans. Louis-Hippolyte Lafontaine y a vécu les 15 dernières années de sa vie, soit de 1949 à 1964. Le sénateur Joyal nourrit le projet d'y ouvrir un centre d'interprétation qui relaterait les événements de l'époque, d'un point de vue québécois.

    ***
    Rectificatifs
    Une erreur de dates s’est glissée dans l’article. L’ancien premier ministre du Canada-Uni Louis-Hippolyte LaFontaine a vécu dans sa demeure montréalaise de 1849 à 1864 et non de 1949 à 1964 comme nous l’avons écrit.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.