Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Souveraineté du Québec - Robert Lepage rejoint Michel Tremblay dans sa tiédeur

    11 avril 2006 |Hervé Guay | Actualités culturelles
    Robert Lepage, hier en conférence de presse
    Photo: Jacques Grenier Robert Lepage, hier en conférence de presse
    L'homme de théâtre québécois Robert Lepage ne se montre pas étonné de la déclaration de l'auteur dramatique Michel Tremblay, qui dit ne plus croire à la souveraineté. Et, comme lui, il se réjouit de l'accession d'André Boisclair à la tête du Parti québécois.

    Le metteur en scène impute la morosité qui règne au sujet de l'indépendance du Québec au PQ qu'il faut interroger, selon lui, sur ce qu'il est devenu. Le créateur de La Face cachée de la lune ajoute qu'il n'est pas prêt à aller aussi loin que Michel Tremblay en la matière. «J'ai encore en moi un reste de sentiment souverainiste», a-t-il confié aux journalistes, réunis en conférence de presse hier à Montréal pour parler de la présentation du Projet Andersen au Théâtre du Nouveau Monde à compter de demain. «Et si je suis moins convaincu, a-t-il précisé, je ne demande qu'à l'être de nouveau.»

    Le problème

    Commentant la conjoncture politique actuelle, Robert Lepage a expliqué ce qui lui semble manquer au mouvement souverainiste. Selon lui, le problème vient de ce qu'actuellement la souveraineté n'est plus une idée incarnée. Il regrette Lucien Bouchard qui, à ses yeux, portait la cause dans son corps et était un héros idéal. Depuis le départ de Bouchard, à son avis, le Parti québécois s'est surtout fait remarquer par ses tiraillements internes. La situation l'incite à voir ce que les autres ont à offrir, a poursuivi Lepage en faisant allusion à Québec solidaire, nouveau venu sur la scène provinciale.

    De plus, Lepage, qui travaille sans cesse d'un bout à l'autre de la planète, avoue entretenir une relation ambiguë avec le Canada. «Quand je suis ici, dit-il, je ne me sens pas Canadien. Mais quand je suis à l'étranger, le Canada devient une réalité et j'en fais partie.» Puis il a lancé à la blague: «D'ailleurs, vous seriez surpris de voir combien de souverainistes sont ambassadeurs [du Canada] à l'étranger.» Il n'est donc pas étonnant, a-t-il ironisé, qu'un ancien ambassadeur à Paris soit devenu premier ministre du Québec.

    Schizophrénie culturelle

    Robert Lepage dit en connaître un bout en matière de schizophrénie culturelle. Ce qui est vrai de bien des acteurs, indique-t-il. Dans son cas, toutefois, la schizophrénie est peut-être encore plus présente. Car, à cause de son horaire chargé, il joue principalement dans des solos où il incarne des personnages radicalement différents les uns des autres. «Au théâtre, confie l'acteur qui joue en français, en anglais et maintenant en espagnol, le sous-texte est souvent dans la musique des mots. Or j'ai une personnalité bien différente quand je parle anglais. Je commence même à en développer une autre en espagnol. Ce qui m'a permis d'ajouter encore à ma schizophrénie personnelle.»

    Lepage fait ainsi valoir que la traduction en anglais l'aide beaucoup à approfondir et à clarifier ses projets qu'il réalise toujours en plusieurs étapes. Pour lui, le passage d'une langue à l'autre impose de faire des choix et de trouver des équivalences. «Cela m'amène à trahir mon texte, précise-t-il, mais aussi à tirer profit de cette traîtrise.»

    Passion tardive

    Revenant au Projet Andersen qui prend l'affiche demain au TNM, le metteur en scène a confié avoir mis longtemps à se passionner pour l'écrivain danois. Mais il y est arrivé quand il s'est intéressé à la dernière partie de sa vie. Il a surtout aimé chez Hans Christian Andersen (1805-1875) que son romantisme débouche sur la modernité. À cet égard, l'année 1867 constitue un tournant dans la vie de ce dernier, alors qu'il se rend à l'exposition universelle de Paris. Lepage s'est inspiré de cette visite pour son spectacle. Pour autant, Andersen est relativement peu présent sur scène, tandis que ses oeuvres le sont un petit peu plus. Le créateur retient surtout de l'auteur de La Petite Fille aux allumettes qu'il était un homme très seul, qui possédait une vie secrète. En fouillant de ce côté, Lepage pense jeter un éclairage neuf sur un conteur fabuleux.

    Collaborateur du Devoir












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.