Trump retente de sabrer les dépenses en culture

Donald Trump
Photo: Mandel Ngan Agence France-Presse Donald Trump

Une impression de déjà-vu frappe les institutions culturelles américaines. Le projet de budget 2019 du gouvernement Trump propose, comme il l’avait fait l’an dernier, d’éliminer quatre organismes culturels afin d’épargner 1 milliard US$. Le Congrès avait rejeté la même idée l’an dernier.

 

La proposition de Donald Trump réduirait grandement le financement du National Endowment for the Arts (Fonds national des arts), de 120 millions en 2017 à 29 millions en 2019. Aussi celui du National Endowment for the Humanities (Fonds national des sciences humaines et des lettres), de 150 millions à 42 millions, et de la Corporation for Public Broadcasting (Société de diffusion publique), qui finance NPR et PBS, de 495 millions à 15 millions. L’Institute of Museum and Library Services, qui soutient quelque 1000 bibliothèques fédérales — dont la Bibliothèque du Congrès et les biblios pénitentiaires —, les musées et les archives, passerait de son côté de 231 millions à 23 millions.

 

Responsabilités essentielles ?

 

Les réactions du milieu des arts ont été nombreuses. « Je suis troublée par la vision à court terme que révèle cette proposition », a indiqué Robert L. Lynch, président d’Americans for the Arts. « Supprimer les soutiens fédéraux aux bibliothèques revient à supprimer des services qui favorisent la réussite, le développement de la population active et qui contribuent à l’économie locale », a exprimé de son côté le président de l’American Library Association, Jim Neal. Patricia Harrison, présidente de la Corporation for Public Broadcasting, a rappelé de son côté l’importance pour les Américains d’avoir accès à un média universel éducatif, gratuit, sans publicités.

 

De son côté, le gouvernement Trump a argumenté que soutenir ces organismes culturels n’est pas des responsabilités fédérales essentielles, que la plupart de ces organismes reçoivent des fonds privés et qu’aucune fermeture de musée ou de bibliothèque ne devrait découler de ces potentielles compressions financières.