Le carré rouge de Fred Pellerin : «violence et intimidation», affirme la ministre de la Culture

Comme plusieurs artistes, Fred Pellerin s’affiche avec le carré rouge, comme ici lors de la Journée de la Terre, le 22 avril dernier, avec Roy Dupuis.
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Comme plusieurs artistes, Fred Pellerin s’affiche avec le carré rouge, comme ici lors de la Journée de la Terre, le 22 avril dernier, avec Roy Dupuis.

Christine St-Pierre, la ministre de la Culture, regrette que Fred Pellerin ait refusé d’être fait chevalier de l’Ordre national du Québec. À cause de la crise sociale, le conteur-chanteur préfère pour l’instant s’abstenir de festoyer sa « nouvelle chevalerie ». Ne serait-ce que par délicatesse à l’égard de son peuple, explique-t-il.

Hier, la ministre St-Pierre estimait que Fred Pellerin « a le droit de porter le carré rouge, on est dans la liberté d’expression, mais nous, on sait ce que ça veut dire le carré rouge, ça veut dire l’intimidation, la violence, ça veut dire aussi le fait qu’on empêche des gens d’aller étudier ; pour nous, c’est ce que ça veut dire et pour une grande, grande, grande partie des Québécois, c’est ce que ça veut dire ». La ministre St-Pierre répondait ainsi à une question posée par Le Journal de Québec.


Pour Micheline Sarrazin, l’agente du conteur-chanteur, ce refus des honneurs « n’est en aucune façon un geste partisan, ni de violence. La lettre de Fred est très claire là-dessus. Je ne sais pas si la ministre a lu la lettre. Si les gens qui portent le carré rouge sont violents, les gens qui sont en face d’elle le sont-ils eux aussi ? Qu’est-ce qu’on peut répondre à ça ? La ministre vient en somme de dire que des centaines de milliers de gens sont violents. »


Devant la polémique déclenchée par la ministre St-Pierre, Fred Pellerin se contentait pour sa part de renvoyer à sa lettre adressée à l’Ordre national du Québec : « Je n’ai pas l’intention de publier aucun communiqué de presse ou autre. Je ne veux faire aucun coup d’éclat (au contraire !). Je ne veux pas me lancer dans une suite d’entrevues. »


Le nom de Fred Pellerin figurait encore jeudi sur les listes d’une vingtaine de Québécois devant recevoir cette semaine le titre de chevalier de l’Ordre national du Québec.


Dans sa lettre adressée à l’Ordre, le conteur explique avoir été « viré à l’envers de fierté. […] J’en suis flatté, dans le sens du poil debout sur les bras. […] On allait me piquer à la veste un bout de brillance au nom du peuple québécois. Mon peuple », écrit-il.


« Mais il se trouve, poursuit-il, que ce peuple à qui on me demande de faire honneur en tant que membre de l’Ordre se trouve présentement plongé dans une crise sociale d’ampleur. Je m’en voudrais de célébrer et de trinquer à l’honneur de ce peuple dans le contexte actuel, où même notre démocratie se fait secouer par la base. »


Remerciant l’Ordre pour sa « comprenure », Fred Pellerin dit aussi qu’accepter la médaille de l’Ordre serait faire un « faux pas dans [s]a neuve chevalerie » et qu’il préférait finalement refuser l’honneur qu’on lui décernait. « Choix très difficile à faire, mais j’ai eu beau m’essayer l’idée du 7 juin dans tous les sens, je n’aurais pas été capable de me rendre au bout. »


Selon l’artiste, l’Ordre lui aurait fait savoir qu’il pourra être décoré l’an prochain. Soulignons que le chef d’orchestre Jacques Lacombe et la chanteuse Isabelle Boulay ont aussi, pour diverses raisons, laissé leur chaise vide, jeudi, lors de la cérémonie.


Lors de cette cérémonie, le premier ministre Jean Charest a gratifié Jacqueline Desmarais, épouse du milliardaire Paul Desmarais, ainsi que Jean-Louis Beaudoin, ex-juge à la Cour d’appel, du statut de grand officier, plus haute distinction de l’ordre national du Québec.

143 commentaires
  • Gabrielle K. Laflamme - Inscrite 9 juin 2012 01 h 30

    Merci Fred

    Un homme de conviction, si rare, comme on les aime…
    Et Mme St-Pierre toujours aussi arrogante…
    Recevoir cette médaille de cette dénégatrice de la langue et en compagnie de Jackie qui a tant apporté à la nation du Québec en donnant naissance à 4 enfants Desmarais, quels tourments à subir pour un homme du peuple…

  • Mathieu Arsenault - Inscrit 9 juin 2012 01 h 38

    Qu'elle ose qualifier Fred Pellerin de terroriste

    Le gouvernement libéral est entré dans un jeu rhétorique immonde de sous-entendus et d'associations sibyllines. Qu'il ose exposer clairement le fond de sa pensée pour une fois en qualifiant ouvertement les opposants de son régime de terroristes, même les plus populaires, et surtout les plus populaires, que la population voie une fois pour toutes à quel point le noyautage de la démocratie par des groupuscules radicaux ne s'applique qu'à leur gouvernance. Fred Pellerin qui porte le carré rouge est-il, oui ou non, un agent provocateur incitant à la violence et l'intimidation? Le peuple québécois veut savoir. Si les faux-semblants et les demi-vérités sont effectivement l'apanage des minorités d'agitateurs qu'il dénonce sans relâche, la chose la plus digne de ce gouvernement qui parle au nom du peuple est encore de répondre clairement à cette question et de s'exposer dignement aux conséquences démocratiques de sa réponse.

  • Line Gingras - Abonnée 9 juin 2012 01 h 52

    Des propos que j'espère irréfléchis

    Madame la Ministre, vous attisez la peur et la haine par vos propos, que j'espère irréfléchis. Pour moi et pour beaucoup d'autres personnes raisonnablement bien informées, le carré rouge marque seulement, à la base, que l'on s'oppose à une hausse brutale des droits de scolarité.

    Vous savez très bien, j'en suis certaine, qu'on ne souscrit pas à la violence du seul fait que l'on porte le carré rouge; chercheriez-vous donc à intimider les gens qui ont choisi ce moyen d'exprimer leurs convictions? On le croirait.

    Je trouve indigne d'une ministre de jeter ainsi l'anathème sur des concitoyens dont le seul tort est de faire savoir, pacifiquement, leur façon de penser. Tenez, vous me donnez envie de le porter à mon tour, ce fameux carré. Mais non, je n'ose toujours pas; j'ai peur.

    • Michel Gagnon - Inscrit 9 juin 2012 10 h 47

      Je crois, au contraire, que ce sont des propos très réfléchis. On tient là un des slogans de la prochaine campagne électorale du Parti Libéral. Et on sait que Jean Charest n'est pas avare de bassesses en campagne électorale.

      Michel Gagnon

    • Claude Lachance - Inscrite 9 juin 2012 10 h 52

      Ministre de la culture? Ça met la culture là ou ce gouvernement l'a rangée. Au ministère des transports et de la voierie, avec les débris de vieux meubles, et toutes sortes d'affaires dont le ministère ne savait que faire.Dans le garage aux oubliettes. Là ou la ministre pourrait fouiller dans ses moments de loisir histoire de lui rafraichir la mémoire que le Québec, a, avait et aura toujours pour le sauver des CRÉATEURS.

    • Solange Bolduc - Abonnée 9 juin 2012 11 h 24

      "Des propos réfléchis" , vous dites, M. Gagnon ? Comme tous les suiveux de ce parti, bien sûr que non, elle ne peut contredire son chef, ou avoir une réflexion personne.

    • André Michaud - Inscrit 9 juin 2012 11 h 25

      Les carrés rouges respectent toute personne...qui pense comme eux ! Les autres ont droit aux insultes, voir aux menaces.

    • Sophie West - Inscrit 9 juin 2012 15 h 19

      @André Michaud: c'est faux. Les carrés rouges réagissent naturellement fortement aux affirmations trompeuses et falacieuses. Ils prennent souvent le temps d'écouter et de lire des opinions bien argumentées qui reposent sur des faits et non sur de la démagogie et de la manipulation médiatique ou justement des insultes et des menaces (comme ils en reçoivent souvent).

    • Bernard Duplessis - Inscrit 9 juin 2012 15 h 24

      Pauvre de Monsieur de Michaud, tout ce que vous avez eu droit dans votre vie provient des fruits d'une minorité qui se sont battus pour une justice sociale. Les insultes proviennent de votre bon premier ministre JJ Charest qui se gargarise avec sa bavure sur les députés qui portent la violence (le carré rouge) en eux et les menaces c'est écrit en première page dans le Journal de Montréal... ça vend de la copie ça monsieur.

    • Solange Bolduc - Abonnée 9 juin 2012 19 h 45

      Dans ce cas, M. Michaud, comme vous le dites si bien : "Les carrés rouges respectent toute personne...qui pense comme eux ! Les autres ont droit aux insultes, voir aux menaces."

      Le PLQ fait exactemet de même, et plus encore il se sert de la force policière et de son pouvoir politique pour asseoir ses propres idées qui n'ont rien à voir avec la justice sociale !

    • Isabelle Falardeau - Inscrite 10 juin 2012 11 h 08

      Cher M. Michaud,
      Je me doutais bien que vous trouveriez le moyen d'être d'accord avec Mme St-Pierre. Je vous suggère de sortir taper sur une casserole un de ces soirs: vous verrez que les "carrés rouges" comme vous les appelez (comme si, du fait d'arborer ce symbole, j'arrêtais immédiatement d'être une femme, une mère, une bénévole à temps plein, pour ne plus être qu'une militante), vous verrez, dis-je, qu'ils sont très courtois avec les citoyens qui les abordent et leur expliquent souvent avec patience pourquoi ils manifestent leur mécontentement.
      Je me pose la question comme ça: serez-vous candidat pour la CAQ aux prochaines élections, et êtes-vous en train de vous fabriquer un capital politique auprès de votre électorat potentiel?

    • André Michaud - Inscrit 10 juin 2012 16 h 28

      @ Isabelle Falardeau

      Rassurez-vous je ne me présenterai pas pour aucun parti polilitique.

      Ayant été près de quelqu'un qui travaillait avec un député, cet emploi accapare beaucoup trop..et vous fait passer à côté d'une vie de famille, des amis...et quoi que vous faites vous serai critiqué, on vous accusera sans preuves de plein de choses, plein d'associations viendront sans cesse vous solliciter du fric et vous engeuler si vous ne le faites pas, vous devez rencontrer plein de gens emmerdants et rester polis, le clergé etc.....

      On devrait plus respecter nos élus, peu importe le parti, leur job n'est pas facile, et compte tenu des heures de travail et de la discponibilité, ce n'est payant. Seulement la pension après deux mandats est un attrait financier. Il y a aussi les malhonnêtes dans des magouilles, mais c'est une minorité..

  • Yvan Lachapelle - Abonné 9 juin 2012 03 h 24

    Félicitations Fred

    Tu as bien raison d'attendre après les prochaines élections pour recevoir cet honneur.
    Un tel prix a beaucoup plus de valeur lorsqu'il est remis par des gens d'honneur, et non pas par des sans génie corrompus.

  • Jean-Marc Pineau - Inscrit 9 juin 2012 03 h 35

    La ministre Saint-Pierre ne s'est pas distinguée, depuis neuf ans qu'elle est en poste, par quelque propos lumineux que ce soit.

    Quelle mauvaise foi ! En répétant, comme un perroquet (pardon, perroquet), comme tous ses collègues pourpre, que le carré rouge représente « la violence et l'intimidation », la ministre ne fait pas davantage preuve d'intelligence, de jugement, ni de la créativité que l'on serait en droit d'attendre d'un ministre de la Culture.

    Heureusement que des élections seront bientôt annoncées car ce gouvernement libéral est si usé que ses membres n'arrivent même plus à faire semblant de croire eux-même ce qu'ils disent.

    Mauvaise journaliste, elle ne sera jamais devenue meilleure ministre.
    En répétant son « manque de jugement » au sujet des carrés rouges, la ministre Saint-Pierre a l'air aussi naturel qu'« un poisson sur une bicyclette ».

    • Marc Morin - Inscrit 9 juin 2012 14 h 17

      J'aprouve totalement!

    • Irène Richer - Inscrite 9 juin 2012 15 h 33

      J'allais commenter dans le même sens que vous alors que vous aviez déjà écrit ce que je pense et certainement mieux que moi. Mon seul hic est le commentaire "Mauvaise journaliste". J'ai apprécié favorablement le talent et la compétence de mme St-Pierre lorsqu'elle pratiquait son métier de journaliste. Et j'étais un peu déçue qu'elle se dirige vers la politique/politicaillerie.
      Pour le reste, je suis vraiment tellement d'accord avec vous.

      J'ajouterais que le fait de choisir Fred entre nombreux choix que le Québec présente, me laisse à réfléchir.
      Non pas que Fred ne méritera pas dans plusieurs années une telle marque de reconnaissance de la nation québécoise, mais de marquer si rapidement un talent encore très jeune et méritant la maturité m'indique qu'il ya aurait peut-être anguille sous roche.

    • Frédéric Jeanbart - Abonné 11 juin 2012 10 h 03

      Mme Richer, je crois que c'est une question de goût au fond, sinon que de politicaillerie comme vous dites : Fred Pellerin "représente" le Québec profond qui parle joual, utilisant des images plutôt que de décrire les émotions, etc. Personnellement je trouve cela très intéressant et pitoresque, et il a certainement une audience qui l'apprécie : certains pour ce qu'il est, un conteur des pays d'en haut d'il y a plus de 50 ans et ayant une imagination débordante, tel un rappel de l'histoire ; d'autres pour ce qu'il représente politiquement, tout comme la bottine souriante qui disait qu'il faille garder des gens dans ce genre de dialecte (lors d'un passage à l'émission de Bazeau débattant la perte de qualité du français enseigné), car selon eux on n'a pas besoin d'ouvriers "éduqués", insinuant par cela que l'on doive stratifier la société de père en fils, et raillant ce qui en dévie tel de l'intellectualisme étant à leurs yeux un défaut (alors que pourtant un ouvrier cultivé ne travaille certainement pas "moins bien" du fait de son éducation personnelle)...

      On voit ici combien ces derniers "politicailleux" sont déconnectés : en voulant mettre sur un pied d'estal ce qui reflèterait À LEURS YEUX une politique d'enfermement intellectuel des québécois (car il y a d'autres artistes/écrivains aussi talentueux sinon plus), on se tire dans le pied. Pas si soumis que ça le beau Fred, bravo !...