Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Loisirs - Formation Télécharger la version PDF

    Loisirs - Formation

    Animation et camps de vacances: ce cahier consacré au loisir s'intéresse particulièrement à la formation des intervenants dans ce domaine. (photo: Jacques Grenier)
    • Le diplôme d’aptitude aux fonctions d’animateur a permis jusqu’à ce jour de former quelque 12 000 jeunes animateurs sur les 20 000 que compte le Québec chaque année.
      DAFA - Une formation de qualité pour des animateurs qualifiés
      Pierre Vallée   8 juin  | Loisirs | G1
      Le diplôme d’aptitude aux fonctions d’animateur (DAFA) permet maintenant d’offrir, à ceux qui veulent travailler en animation de loisirs auprès des jeunes de 5 à 17 ans, une formation standardisée, et ce, sur tout le territoire québécois. Un franc succès, comme en témoigne la popularité de cette formation.
    • Prévention et santé - Une formation qui assure la qualité de l’expérience vécue
      Assïa Kettani   8 juin  | Loisirs | G2
      Souvent considéré comme un emploi d’été facile, le travail d’animateur soulève plus d’un défi : il s’agit d’un emploi exigeant, dont les impacts sur les participants se font sentir à plusieurs niveaux. D’où l’importance d’une formation comme le diplôme d’aptitude aux fonctions d’animateur (DAFA), réalisé en collaboration avec Québec en forme et en partenariat avec le Mouvement québécois des vacances familiales.
    • <div>
	La demande pour des animateurs spécialisés existe, que ce soit dans les camps scientifiques ou dans les camps de séjour.</div>
      Collaboration - Le DAFA est victime de son succès
      Sarah Poulin-Chartrand   8 juin  | Loisirs | G2
      Le diplôme d’aptitude aux fonctions d’animateur (DAFA) est le fruit d’une formidable collaboration entre les organismes de loisir du Québec. Si le programme de formation pour les animateurs est né de l’impulsion du Conseil québécois du loisir, tous les intervenants concernés ont mis la main à la pâte pour bâtir un contenu qui ratisse large.
    • <div>
	Le DAFA est avant tout un gage de qualité de la formation acquise par les animateurs.</div>
      Formation - Le nouveau diplôme est universel
      Être formé à Montréal et travailler en Gaspésie. C’est ce que permet depuis plus de cinq ans le diplôme d’aptitude aux fonctions d’animateur (DAFA), « la première formation à être reconnue collectivement par toutes les organisations nationales de loisir du Québec ».
    • À la suite de ses expériences dans les camps de vacances, Biz s’est inscrit au baccalauréat en loisirs de l’Université du Québec à Trois-Rivières.
      La face cachée de Loco Locass - Biz, ex-animateur en loisirs
      Martine Letarte   8 juin  | Loisirs | G3
      On le connaît pour les textes de Loco Locass, comme auteur de romans, comme indépendantiste convaincu, mais beaucoup moins comme spécialiste des loisirs. Pourtant, Sébastien Fréchette, alias Biz, se dit encore marqué par ce domaine qu’il a étudié et dans lequel il a travaillé, avant de se laisser emporter par le rap.
    • «On fournit une garantie que, sur le plan de la sécurité, de l'encadrement et de la formation, ce qui doit être fait est fait», dit Éric Beaycheminé
      Certification - L’ACQ souscrit à l’implantation d’un diplôme national
      Réginald Harvey   8 juin  | Loisirs | G4
      L’Association des camps du Québec (ACQ) fixe des normes que ses membres sont tenus de respecter pour obtenir leur certification ; les parents se fient à cet organisme dans leur quête pour le choix judicieux d’un camp sous une forme ou une autre. L’ACQ salue l’apparition du diplôme d’aptitude aux fonctions d’animateur (DAFA) qui garantit une formation uniforme et reconnue au personnel des camps à la grandeur du territoire québécois.
    • Quand la Ville de Longueuil fait la promotion de ses camps, elle peut affirmer avec certitude que les animateurs qui œuvreront auprès des jeunes de 5 à 17 ans auront reçu une formation adéquate.
      Montérégie et Estrie - Le DAFA offre bien plus qu’une simple certification
      Marie-Hélène Alarie   8 juin  | Loisirs | G4
      Sur le terrain, que ce soit à Longueuil ou en Estrie, on aime beaucoup les nouveaux animateurs qui possèdent le diplôme d’aptitude aux fonctions d’animateur (DAFA). Voici deux expériences, deux façons de vivre le DAFA.
    • <div>
	La France a choisi de faire encadrer sa jeunesse par de jeunes adultes, qui ne sont pas des professionnels, mais à qui on donne des éléments de base en matière d’animation et de sécurité.</div>
      L’exemple français - Un véritable projet de société
      Hélène Roulot-Ganzmann   8 juin  | Loisirs | G5
      « Si le BAFA tel que nous le connaissons aujourd’hui date de 1973, la première formation de cadre de colonie de vacances non professionnel remonte aux années 30, précise Guillaume Rodelet, directeur adjoint de l’Union française des centres de vacances et de loisirs (UFCV), l’un des organismes administrant la formation. Aujourd’hui, de 50 000 à 60 000 jeunes obtiennent le brevet chaque année. Pour eux, c’est un véritable rite de passage. C’est le passage à l’âge adulte. »
    • <div>
	Le Centre plein air l’Étincelle trouve bien des avantages à la certification DAFA pour ses moniteurs.</div>
      Partez DAFA - L’expérience lanaudoise est un franc succès
      Marie Lambert-Chan   8 juin  | Loisirs | G6
      Dans la région de Lanaudière, on retrouve une douzaine de camps situés dans un rayon de 60 kilomètres. Cette proximité a favorisé une grande collaboration entre les organisations au cours des 30 dernières années. La création du Diplôme d’aptitude aux fonctions d’animateur (DAFA) en est devenue la pierre d’assise.