Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Recherche octobre 2012 Télécharger la version PDF

    Recherche octobre 2012

    Les enjeux et les défis de la recherche québécoise
    • Et si on dotait Montréal d’un centre de technologie spatiale?
      Claude Lafleur   27 octobre  | Éducation | H1
      L’Université McGill rêve de doter Montréal d’un grand centre de recherche spatial. Nous avons un potentiel unique au Canada, constate-t-on. C’est ainsi que nos universités pourraient s’associer à l’Agence spatiale canadienne pour créer un centre d’excellence comparable au fameux Jet Propulsion Laboratory (JPL) de la NASA.
    • Le scientifique en chef du Québec, Rémi Quirion
      Selon le scientifique en chef - «C’est important d’avoir de la recherche qui ne soit pas dirigée»
      Thierry Haroun   27 octobre  | Éducation | H2
      Les trois fonds de recherche subventionnaires du Québec ont été fédérés l’an dernier sous le nom du Fonds de recherche du Québec. Pourquoi ? Le scientifique en chef du Québec, Rémi Quirion, a répondu à cette question et à bien d’autres entourant les enjeux et les défis de la recherche québécoise.
    • Université de Sherbrooke - À la poursuite de l’ordinateur quantique
      Michel Bélair   27 octobre  | Éducation | H3
      Bertrand Reulet se passionne pour la mécanique quantique. De son laboratoire à l’Université de Sherbrooke, il nous parle de ses travaux à la Chaire d’excellence en recherche, où il s’amuse à mesurer « de plus en plus précisément » les fluctuations des signaux quantiques.
    • L’industrie de la construction québécoise devra prendre le virage informatique.
      L'ÉTS et le GRIDD - Deux solitudes au Québec: la recherche scientifique et l’industrie de la construction
      Pierre Vallée   27 octobre  | Éducation | H3
      Peut-on moderniser l’industrie québécoise de la construction afin de la rendre plus innovante et plus durable ? C’est ce à quoi s’applique Daniel Forgues, professeur et chercheur à l’École de technologie supérieure (ÉTS) et directeur du Groupe de recherche en intégration et développement durable en environnement bâti (GRIDD).
    • TÉLUQ - «Une nouvelle liberté»
      Martine Letarte   27 octobre  | Éducation | H4
      La TÉLUQ souhaite rayonner davantage au Québec en matière de recherche. Un défi pour cette université complètement à distance qui est concentrée sur le premier cycle.
    • Le G3 permettra aux doctorants de travailler avec deux directeurs de thèse étrangers, voire d’obtenir une triple diplomation. Les étudiants de l’UdM auront par exemple accès à des stages dans les hauts lieux de la diplomatie internationale, notamment l’OMC, à Genève.
      Université de Montréal - Des partenaires partout dans le monde
      Caroline Rodgers   27 octobre  | Éducation | H4
      La semaine dernière, l’Université de Montréal a annoncé la mise en place du G3, un nouveau réseau international regroupant l’Université de Montréal (UdM), l’Université de Bruxelles et l’Université de Genève. Un autre pas en internationalisation.
    • À la Chaire de recherche du Canada sur la théorie des nombres de l’Université Concordia, Andrian Iovita, chercheur en mathématiques pures, s’isole souvent avec des collègues pour échanger des idées.
      Concordia - Incursion dans les mathématiques pures
      Claude Lafleur   27 octobre  | Éducation | H5
      Des mathématiciens comme Andrian Iovita travaillent sur des « objets mathématiques », telle l’orbite suivie par une planète et étudiée par Johannes Kepler il y a 400 ans.
    • Le titulaire de la Chaire de recherche du Canada, Gérard Duhaime, cherche à comprendre comment il se fait que les autochtones vivant dans des petits villages éloignés tiennent tout de même à y rester, malgré les mauvaises conditions de vie qu’on y retrouve, en parlant aux gens de leur vie sociale, de ce qui les unit avec les autres et des liens qu’ils ont avec la Terre.
      Condition autochtone - Il y a grogne au Nunavut
      Thierry Haroun   27 octobre  | Éducation | H6
      La Chaire de recherche du Canada sur la condition autochtone comparée de l’Université Laval traite d’enjeux qui touchent directement les autochtones dans leur vie quotidienne, telles la pauvreté et l’exclusion sociale. Conversation avec son titulaire, Gérard Duhaime.
    • La chaire scrute à chaque étape les différents enjeux d’un produit, le t-shirt par exemple.
      ESG UQAM et Polytechnique - Tout savoir de la vie d’un t-shirt en coton
      Benoit Rose   27 octobre  | Éducation | H7
      Les conséquences écologiques de la consommation mondiale sont au coeur des préoccupations actuelles. Les gouvernements et les industriels sont sommés de prendre un virage vert, afin que l’humanité en arrive à un développement qui soit vraiment soutenable. C’est dans ce contexte que se rend utile la nouvelle Chaire internationale sur le cycle de vie, qui analyse l’impact global de nos produits et services, « du berceau au tombeau ». Rencontre avec l’un de ses titulaires.
    • Ludvik Martinu, professeur titulaire au Département de génie physique de Polytechnique.
      Polytechnique - «Des solutions à l’avant-garde de la technologie actuelle»
      Réginald Harvey   27 octobre  | Éducation | H7
      Polytechnique Montréal abrite maintenant la deuxième chaire de recherche du Canada en importance, en matière de poids financier, et la plus imposante dans son domaine. Il s’agit de la Chaire industrielle multisectorielle en revêtements et en ingénierie des surfaces, dont le budget dépasse les cinq millions de dollars sur une période de cinq ans.
    • Le groupe MéSo travaille sur les représentations culturelles urbaines, les images que la population se fait de sa ville, de ses transports, etc., de manière à prévoir de futurs comportements.
      Métropolisation et société - Montréal est en panne
      Hélène Roulot-Ganzmann   27 octobre  | Éducation | H8
      «Mais il y a de l’espoir, estime Gilles Sénécal, professeur à l’INRS, au sein du Centre urbanisation culture société et du groupe MéSo. D’une part parce que, contrairement à ce qu’on trouve aux États-Unis, à Los Angeles par exemple, nous sommes en face d’une métropole concrète qui n’est pas sans fin, même si l’étalement urbain en est une caractéristique, et qui est construite autour de pôles définis. Ensuite parce que, du point de la vue de la société civile, qu’il s’agisse des groupes communautaires, des associations, des journalistes aussi, l’idée métropolitaine est débattue, elle fait son chemin. »