Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Santé - Mai 2012 Télécharger la version PDF

    Santé - Mai 2012

    Différentes défi sociaux en matière de santé (photo: Université McGill)
    • Des étudiants en médecine et en sciences infirmières, en formation au CLSC Côte-des-Neiges, à Montréal, avec le Dr David Eidelman, vice-principal (santé et affaires médiales) et doyen de la Faculté de médecine.
      L’Université McGill valorise la médecine familiale
      Claude Lafleur   19 mai  | Santé | H1
      La Faculté de médecine de l’Université McGill met désormais l’accent sur la formation d’omnipraticiens ainsi que sur la recherche en médecine familiale. Outre la mise en place d’un train de mesures visant à exposer davantage ses étudiants à cette pratique de la médecine, le Département de médecine familiale est désormais chapeauté par un chercheur de renommée internationale, ce qui, aux dires du doyen de la faculté, démontre clairement l’importance que McGill accorde à présent à la médecine familiale.
    • Les partenariats publics-privés dans la construction et la gestion des CHSLD créent des inquiétudes sur la qualité des soins et services qui y seront prodigués.
      Le principe de l’utilisateur-payeur doit être abandonné
      Pierre Vallée   19 mai  | Santé | H2
      La santé a toujours été au Québec un enjeu social et politique important. On ne se surprendra guère...
    • L’osthéopathe est toujours en attente d’une reconnaissance professionnelle
      Marie-Hélène Alarie   19 mai  | Santé | H2
      Le Collège d’études ostéopathiques ouvre ses portes en 1981 à Montréal. Depuis, il sème des...
    • Les partenaires publics-privés dans la construction et la gestion des CHSLD créent des inquiétudes sur la qualité des soins et services qui y seront prodigués.
      La CSN et la santé - Le principe de l’utilisateur-payeur doit être abandonné
      Pierre Vallée   19 mai  | Santé | H2
      La santé a toujours été au Québec un enjeu social et politique important. On ne se surprendra guère alors de voir la Confédération des syndicats nationaux (CSN) s’y intéresser et se faire la gardienne des valeurs du système de santé public québécois.
    • Les professionnels de la santé peuvent bénéficier d’une formation particulière pour accompagner des personnes âgées en situation de fin de vie.
      Soins de longue duée - Quand la mort veille…
      Hélène Roulot-Ganzmann   19 mai  | Santé | H3
      Une personne qui entre au centre d’hébergement de l’Institut universitaire de gériatrie de Montréal décède en moyenne dans les trois années qui suivent… Une situation qui n’est pas facile à gérer émotionnellement tant pour le personnel de santé que pour les proches. Depuis 2008, l’Institut a mis en place un programme interprofessionnel de formation sur les soins de fin de vie en soins de longue durée, pour aider son personnel à mieux gérer et accepter l’inéluctable. Louise Francoeur, conseillère en soins infirmiers spécialisés, est la responsable de ce programme.
    • La grève des syndiqués de la Fédération indépendante des infirmières et infirmiers du Québec.
      En 1987 naquit une nouvelle centrale
      Réginald Harvey   19 mai  | Santé | H4
      En 1987, trois syndicats indépendants s’unissent pour former la Fédération indépendante des infirmières et infirmiers du Québec (FIIQ), qui deviendra, en 2010, la Fédération interprofessionnelle de la santé (FIQ). Ce syndicat de professionnels de la santé regroupant plus de 60 000 membres a mené des luttes épiques, subi des coups durs, remporté des victoires et milité pour des causes sociales en 25 ans d’existence. Retour sur une organisation marquée par une solidarité indéfectible.
    • La présidente de la FIQ, Régine Laurent
      La FIQ réclame la tenue d’états généraux
      Réginald Harvey   19 mai  | Santé | H4
      En cette année du 25e anniversaire de la Fédération interprofessionnelle de la santé (FIQ), sa présidente, Régine Laurent, parcourt le Québec dans un esprit festif à l’occasion du mois de la santé ; elle invite ses membres à « prendre soin d’eux ». Elle n’a pourtant pas que le coeur à la fête, un quart de siècle plus tard : elle est lasse de taper toujours sur les mêmes clous sans obtenir les résultats escomptés.
    • L’Institut universitaire en santé mentale de Québec est affilié à l’Université Laval.
      Psychologie et santé mentale... - Avoir 15 ans…
      Thierry Haroun   19 mai  | Santé | H5
      « Santé mentale des jeunes adultes : nous pouvons faire mieux ! » Tel est le thème qui coiffait un colloque interétablissements en psychiatrie et santé mentale qui s’est tenu à Québec les 29 et 30 mars. Il y a été question de recherche, d’organisation des soins et des services. Bilan et perspectives avec son président, le psychiatre Philippe Baruch.
    • Syndicat canadien de la fonction publique - L’état actuel du réseau inquiète
      Martine Letarte   19 mai  | Santé | H5
      Le SCFP est alarmé de voir à quel point on ouvre la porte au secteur privé dans le réseau de la santé. Il déplore également les réformes administratives du réseau qui ne livrent pas leurs promesses et qui essoufflent les travailleurs. Entrevue avec Marco Lutfy, président du Conseil provincial des affaires sociales (CPAS) du SCFP.
    • Survivre à la chirurgie - Miser sur une prise en charge de sa propre maladie
      Etienne Plamondon Emond   19 mai  | Santé | H6
      Le Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CHUS) a regroupé, en juillet dernier, sa Clinique d’obésité et sa Clinique de chirurgie bariatrique. Caroline Cyr mène actuellement une recherche sur les impacts que cette unification des trajectoires de soins aura sur le vécu des patients.
    • Le dialogue permet de remettre le patient au centre du système de soins.
      Gadamer et les soins - De l’importance du dialogue dans le soin humain Un nouveau programme universitaire mettra l’humanisme au coeur de la pratique
      Marie-Hélène Alarie   19 mai  | Santé | H6
      Dans un système de santé où tout va de plus en plus vite, où la performance est une loi qui régit les interactions du soignant et du patient, le temps vaut de l’or. Mais si on utilisait une petite parcelle de ce temps pour le consacrer au dialogue ? C’est du moins ce que la philosophie nous suggère.