Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Grand Prix du Conseil des Arts de Montréal Télécharger la version PDF

    Grand Prix du Conseil des Arts de Montréal

    La célébration des Prix du Conseil des Arts de Montréal. Le Grand Prix a été accordé cette année au Festival du nouveau cinéma (photo: Jacques Nadeau).
    • Dans cette direction bicéphale du Festival du nouveau cinéma, le fondateur, Claude Chamberlan, est le spécialiste du contenu: c’est lui qui sélectionne les films. De son côté, Nicolas Girard Deltruc, directeur général, se considère comme le spécialiste du contenant.<br />
      Grand Prix 2012 - Et il projette toujours!
      Marie-Hélène Alarie   31 mars  | Actualités culturelles | 0H1
      Récipiendaire en 2012 du Grand Prix du Conseil des arts de Montréal, le Festival du nouveau cinéma voit l'ensemble de son œuvre, sa programmation hors du commun et aussi sa durée être soulignés: l'édition de cette année marquait son 40e anniversaire. Deux points de vue, deux piliers: Claude Chamberlan et Nicolas Girard Deltruc, nous parlent de ce qui s'est fait et de ce qui se fera.
    • Yannick Nézet-Séguin<br />
      Musique - «Pour l'ensemble du milieu musical montréalais»
      Le Conseil des arts de Montréal a tenu à distinguer l'Orchestre métropolitain «pour la passion, l'originalité et la virtuosité de son chef et directeur artistique, Yannick Nézet-Séguin, ainsi que pour la qualité artistique des interprétations inspirées et les valeurs d'accessibilité et d'engagement auprès de la communauté».
    • Le chorégraphe et danseur Paul-André Fortier<br />
      Danse - «M'intéresse toujours seulement le prochain projet»
      Le chorégraphe et danseur Paul-André Fortier vit, à 64 ans, des années professionnelles riches et belles. Après avoir fêté l'an dernier les 30 ans de sa compagnie, il a mérité, il y a quelques semaines, le Prix du gouverneur général pour les arts du spectacle, afin de souligner ses réalisations artistiques.
    • La présidente du Conseil des arts de Montréal, Louise Roy<br />
      Présidence du Conseil - Le Conseil aussi a reçu son prix!
      En 2009, le Conseil des arts de Montréal s'est lancé le défi de restructurer son modèle de gérance et d'améliorer celui des organismes culturels qu'il soutient. Trois ans plus tard, le Conseil a le vent dans les voiles. L'expérience est concluante, les projets vont rondement et il a reçu le prix Korn/Ferry International - Les Affaires, en février dernier, pour l'excellence de sa gouvernance. Entrevue avec la capitaine du navire.
    • Olivier Ducas pose fièrement près de la récente devanture du théâtre Aux Écuries.<br />
      Théâtre - Sept dans un même lieu!
      Tout commence avec une ancienne boulangerie du quartier Villeray occupée par une compagnie de théâtre, qui, signe des temps, est d'abord axée sur la tournée internationale: le Théâtre des Deux Mondes. On est quelque part à la fin du XXe siècle, bien avant Twitter, Facebook ou même le I-Pad, c'est tout dire... L'ancien monde, en quelque sorte.
    • Nouvelles pratiques artistiques - «Tout est flou»
      Théâtre sans en être un, spectacles-performances ou installations interactives, les projets visuels, sonores et vivants du collectif PME-ART portent dans l'âme cette identité floue qui caractérise les «nouvelles pratiques artistiques».
    • Littérature - «L'opposition officielle, c'est toujours la littérature»
      En 1959, une poignée d'écrivains ont fondé la revue Liberté. Les Gilles Carle, Jacques Godbout, Jean-Guy Pilon, Michel van Schendel et consorts se servaient de ces pages pour entrelarder politique et littérature. Parmi ses consœurs de l'époque — Cité libre, La Barre du jour, plus tard Mainmise — seule Liberté a survécu.
    • Direction du Conseil - Occuper le territoire, tout le territoire
      Marie-Hélène Alarie   31 mars  | Actualités culturelles | 0H4
      Si nous avons assisté à la remise du Grand Prix du Conseil des arts de la Ville de Montréal mardi dernier, il faut rappeler que, les 364 autres jours de l'année, l'organisme est bien présent auprès des artistes, à travers une foule de programmes mis en place pour stimuler leur rayonnement et bien plus encore. Danielle Sauvage en témoigne.
    • Paulette Gagnon, directrice du Musée d’art contemporain<br />
      Arts visuels - «On ne doit pas craindre de se remettre en question»
      Sa Triennale québécoise est devenue une exposition attendue. De celles qui font jaser, en mal ou en bien, peu importe, mais qui animent les discussions. Tout le monde n'en parle peut-être pas, mais les chroniqueurs-vedettes, si. Le Musée d'art contemporain (MAC) semble avoir trouvé la bonne formule pour promouvoir l'art d'ici. Ce qui lui vaut sa première nomination en 20 ans dans la course pour le Grand Prix du Conseil des arts de Montréal.
    • Une ville et son conseil - Par la culture, Montréal est et sera
      Réginald Harvey   31 mars  | Actualités culturelles | 0H5
      Le Conseil des arts et la Ville de Montréal travaillent en harmonie. De toute évidence, s'il est un secteur d'activité où la métropole peut se targuer de présenter une vitrine alléchante et un inventaire bien garni, celui de la culture figure à un rang plutôt enviable. Responsable du dossier de la culture et du patrimoine au Comité exécutif de la Ville, la conseillère Helen Fotopulos en témoigne.
    • Le spectacle Rain, du Cirque Éloize<br />
      Arts du cirque - «La force créative est là»
      Des bonds de géant ont été réalisés en quinze ans grâce à des acteurs-clés comme En piste, le regroupement national des arts du cirque du Québec, qui, malgré sa courte existence, affiche une feuille de route impressionnante.
    • Arts numériques - Plus qu'un nouveau local pour la SAT
      La Société des arts technologiques (SAT) de Montréal vient tout juste de sortir d'un lifting majeur, de ces rénovations qui ont fait naître ce dôme magistral boulevard Saint-Laurent, pour offrir au spectateur des expériences immersives à 360 degrés, en vidéo, animation, 3D, sons. Et maintenant? Maintenant, trouver comment cette SAT peut bénéficier à tout, tout, tout le Québec.