Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    La spectaculaire renaissance de Gênes

    3 janvier 2009 |Nicole Pons | Voyage
    Pays de créateurs et d'artistes de génie à l'imagination débordante, l'Italie a été le berceau de la Renaissance, au XVe siècle. Aujourd'hui encore, elle nous étonne et nous émerveille par ses capacités à créer, innover et toujours rebondir. Entre la Gênes d'il y a encore 30 ans, encombrée d'usines et de bretelles d'autoroutes, dont le fabuleux patrimoine avait été un peu délaissé, et la Gênes actuelle, attrayante, riante, tournée vers le tourisme culturel, il y a un miracle à l'italienne.

    Gênes — Du haut du Bigo, l'ascenseur panoramique rond et tout vitré qui monte à 40 mètres en tournant, suspendu dans les airs par quelques câbles, on embrasse l'ensemble du paysage génois. D'un côté, les collines très proches, le centre-ville étagé entre les pentes et le fond des vallons, formant un tissu urbain dense et complexe se terminant en front de mer par une ligne régulière de constructions, souvent médiévales. Devant, le palais San Giorgio du XIIIe siècle à la riche façade ornée de fresques en trompe-l'oeil. Les séparant de la rive, le ruban peu esthétique de l'autoroute surélevée. De l'autre côté, la Méditerranée, les espaces portuaires s'étendant sur 30 km et, sous nos pieds, les aménagements du Porto Antico, oeuvre magistrale de l'architecte Renzo Piano.

    Tout commence avec le 500e anniversaire de la découverte de l'Amérique par l'enfant du pays, Christophe Colomb. À l'occasion de ces Colombiane de 1992, il faut marquer un grand coup. La ville, alors, n'est pas au mieux de sa forme. Elle a perdu les industries lourdes (métallurgie) qui faisaient tourner son économie depuis le XIXe siècle, les usines ayant été délocalisées dans les années 1970-1980; certains habitants sont partis travailler ailleurs.

    Quoi de mieux, pour lui donner un nouvel élan orienté en grande partie vers le tourisme culturel, que de se tourner vers la mer, qui avait fait dès le Moyen Âge sa richesse et sa gloire? Retrouver la prestance de l'ancienne République de Gênes, dont la flotte redoutable parcourait mers et monde, dont les marchands, ayant développé d'intenses échanges commerciaux maritimes à partir du XIe siècle et créé d'ingénieux procédés de prêts d'argent, s'étaient transformés en de prospères banquiers. Renouer le lien physique avec la mer, rompu depuis le déménagement du port de commerce, laissant à l'abandon le site de l'ancien port.

    Sa restructuration complète, une tâche titanesque, est confiée à l'architecte génois Renzo Piano, qui déploie tout son génie. Les bâtiments anciens retrouvent une nouvelle vie: Magazzini del Cotone, vieux entrepôts transformés en restaurants, salles d'expositions et de spectacles; Palazzina Milo en musée, boutiques et restaurants.

    Les structures avant-gardistes fleurissent: Bigo, énorme structure en acier posée dans l'eau, ressemblant aux grues de déchargement des navires, qui soutient par une branche l'ascenseur du même nom, par d'autres le toit en toile blanc de la Piazza delle feste; Bolla (biosphère), sphère en verre posée aussi sur l'eau, où, dans un climat tropical amazonien, poussent des plantes rares et volettent des colibris. Sur la promenade, les voiles blanches flottent au vent et le Galeone Neptune, construit pour le film Les Pirates de Roman Polanski, en 1991, évoquent l'appel du large.

    Plongée en monde marin

    L'attrait principal de ce lieu d'intense vie culturelle et sociale est l'aquarium, le plus grand d'Europe. Bâti en 1992, il reçoit 1,2 million de visiteurs par an. Tel un vaisseau s'avançant sur la mer, il compte 74 bassins pouvant être vus par le public et 200 bassins d'acclimatation, remplis d'eau de mer provenant du parc marin de Portofino.

    Le parcours a été aménagé par l'architecte américain Peter Chermayeff, qui révolutionna la notion d'aquarium dans les années 70 en transformant le visiteur en piéton sous-marin, évoluant entre d'immenses bassins, dont une paroi, entièrement vitrée, permet aux dauphins, phoques communs, requins et autres raies de venir le narguer de près.

    De 25 cm exactement est l'épaisseur de la paroi en acrylique du bassin des requins de Méditerranée, de plus de 23 mètres de long, qui retient 1,4 million de litres d'eau! Dans une pénombre de profondeurs marines est recréé tout l'environnement originel de 600 espèces venant du monde entier. Un univers magique et coloré, qui nous transporte des mers froides aux mers tropicales en passant par la Méditerranée.

    Gorgone rouge tapissant le fond marin de la vasque des Cinque Terre; poissons clowns orange et blanc jouant à cache-cache avec Harry, la grande tortue verte de 175 kg, dans le bassin des récifs coraliens des Caraïbes; méduses blanches, grenouilles tomate, anémones de mer ébouriffées, poisson napoléon bariolé d'orange et bleu, nous en mettent plein les yeux... Puis, prolongeant l'aquarium, la Grande Nave Blu montre l'extraordinaire biodiversité de Madagascar, entre forêt luxuriante, jardin vertical et bassin de crocodiles du Nil.

    Les fastes du patrimoine

    Le centre historique de Gênes, en bonne partie piéton, est l'un des plus vastes d'Europe, mêlant intimement, dans un dédale complexe, minuscules ruelles, immenses places, escaliers et montées raides, passages sous les maisons. Fondée par les Liguriens sur la colline de Castello au VIIe siècle avant J.-C, la ville a profité dès le Moyen Âge de la richesse de ses marchands et banquiers, et de l'oligarchie opulente qui la gouvernait. Cette élite a fait construire, pendant des siècles, une multitude de palais dignes de rois, décorés par les plus grands artistes italiens, flamands ou français: Perino del Vaga, Van Dyck, Rubens, Pierre Puget.

    Se regroupant par famille autour d'un bastion, d'une place, elle dessine la structure actuelle de la ville, dont le tissu urbain respire par ces espaces: Piazza Corvetta en forme de soleil et son palais Doria Spinola; Piazza della Nunziata aux palais Renaissance; Piazza delle Fontane Marose et ses somptueux palais Pallavicini, Negrone et Spinola dei marmi; Piazza De Ferrari, avec le Palazzo Ducale, ancien siège du gouvernement, aux salons ornés de dorures raffinées et à la façade peinte en trompe-l'oeil, un art local très important; Via Balbi, où cette famille fit bâtir au XVIIe siècle le prestigieux Palazzo Reale, dont la galerie des glaces est digne du Château de Versailles. Toutes ces demeures se mêlent aux nombreux chefs-d'oeuvre de l'art roman, composant un fantastique patrimoine.

    La réussite des Colombiane donne un nouvel élan à cette ville de 610 000 habitants. En 2001, elle accueille le G8, puis devient Capitale européenne de la culture en 2004. À cette occasion, la priorité va à la rénovation des infrastructures existantes. Palais, églises, oeuvres d'art bénéficient d'un traitement de remise en beauté. On assiste au retour des Génois dans les maisons restaurées.

    La rue la plus prestigieuse du centre historique est la Via Garibaldi, autrefois appelée Strada Nuova. Elle a été bâtie en 1550 pour l'aristocratie locale, alors que Gênes était au sommet de sa puissance financière et maritime. Sur 250 mètres, 12 palais somptueux la bordent. Ils font partie d'un groupe de 80 palais de style Renaissance et baroque, où du temps de la République les familles nobles devaient accueillir les voyageurs illustres de passage. On appelait cela les Rolli. En 2006, 42 d'entre eux ont été classés au Patrimoine Mondial de l'Humanité par l'UNESCO.

    Particulièrement fastueux, les Palazzi Bianco et Rosso datant du XVIIIe siècle, situés face à face dans la Via Garibaldi, forment un contraste de couleurs saisissant, tout en marbre, pierre rouge, stucs, fresques et jardins suspendus. Leurs pinacothèques comptent les plus grands artistes de tous les temps: Veronese, Vasari, Caravage, Lippi, Memling, Rubens, Van Dyck, Murillo. À quelques pas, le Palazzo Carrega Cataldi, pourvu d'une extraordinaire galerie dorée de style rococo décorée par Lorenzo de Ferrari, abrite la Chambre de Commerce. On peut le visiter en en faisant la demande à l'entrée (gratuit).

    Aujourd'hui, Gênes est en plein essor. Avec les activités maritimes (premier port de la Méditerranée, croisières, Salon nautique international), l'industrie de la haute technologie et un tourisme choisi, orienté vers la culture, elle vit une véritable renaissance.

    En vrac

    Gênes est tout en collines. Pour profiter des panoramas, empruntez les nombreux funiculaires et ascenseurs.

    Vue de la mer: Une promenade en bateau s'impose! Alimar, 010 256775; Battellieri Golfo Paradiso, 0185 772091; Cooperativa Battellieri, 010 265712.

    Musei di strada Nuova, Via Garibaldi. Billet groupé pour visiter les palais Bianco, Rosso et Doria Tursi. 10 2476351, www.stradanuova.it.

    Visites guidées: Il Girasole. La propriétaire, Marina Firpo, est une guide hors pair, qui vous fera découvrir tous les secrets de la ville. 010 583388.

    I tre Merli, Porto antico, Palazzina Millo (face au Bigo). Les patrons de ce restaurant branché haut de gamme ont essaimé la tradition gastronomique du terroir génois jusque dans leurs établissements de New York. On se lèche les babines avec la croustillante Foccaccia al formaggio, la délicieuse et fine farinata, les pansotti (sorte de raviolis en demi-lune) à la sauce aux noix, la dorade à la Ligure. 010 2464416, www.itremerli.it.

    Trattoria Sa Pesta, Via Giustiniani, 16 r (centre historique). Un endroit très prisé des Génois. Saveurs d'autrefois, recettes traditionnelles, dont le fameux minestrone alla genovese, la farinata, la tarte aux artichauts, les anchois farcis. Fermé le dimanche. 010 2468336.

    Trattoria al Galeone, Via S. Bernardo, 55 r (centre historique). Petit restaurant familial où l'on se régale, pour pas cher, d'excellentes spécialités locales. Savoureux minestrone alla genovese, extraordinaire pesto maison servi sur des pâtes au choix, anchois frais, fritto misto di pesce. Fermé le dimanche. 010 2468422.

    Renseignements: www.genova-turismo.it, www.turismoinliguria.it.

    ***

    Notre journaliste était l'invitée de la Chambre de commerce de Gênes et de ses partenaires, en collaboration avec la Chambre de commerce italienne à Montréal.

    ***

    Collaboration spéciale
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel