Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Les vins de la semaine - 7 décembre 2012

    7 décembre 2012 |Jean Aubry | Vin
    (5) à boire d’ici cinq ans
    (5+) se conserve plus de cinq ans
    (10+) se conserve dix ans ou plus
    © devrait séjourner en carafe
    ★ appréciation en cinq étoiles
    La belle affaire
    Casaleiro Reserva 2010, Tejo, Portugal
    (11,30 $ - 610162)
     
    On peut dire ce qu’on veut mais l’affaire est difficile à battre ! Exactement le type de rouge bien bâti, franchement sincère et savoureux qu’on souhaiterait servi au verre en restauration à 5 $ l’unité. Mais c’est sur les tables familiales nombreuses qu’il trouvera sous peu à régaler tout le monde. Moi compris ! (5) **1/2
     
    Le bourgogne blanc
    Pernand-Vergelesses 1er Cru « Les Caradeux » 2010, Chanson
    (43 $ - 11853527)
     
    Vous évitez les boutiques Signature ? Dommage ! Il y a pourtant des perles, comme ce blanc sec dont le vignoble « regarde » à l’est le Corton-Charlemagne sans toutefois en posséder l’ampleur de sève. Pour le moment réservé, le vin est serré, habilement élevé sous bois, fin et élancé, subtilement minéral au final. (5+) ***1/2 ©
     
    La primeur en blanc
    Terras Gauda 2011, Rias Baixas, O Rosal, Galice, Espagne
    (22,45 $ - 10858351)
     
    L’albarino de Galicie est à l’Espagne ce que le melon de Bourgogne est au muscadet. Il y a là une malicieuse impétuosité à traduire sans fard mais avec ardeur la vérité crue de cépages sans cesse propulsés par un terroir qui ne leur veut que du bien. Et ça marche ! C’est sec, léger, vivant, fin, terriblement sapide. (5) ***

    La primeur en rouge
    Cedro do Noval 2008, Duriense, Quinta do Noval, Portugal
    (23,75 $ - 10758288)
     
    Je défie quiconque de dénicher à ce prix autant de... disons de personnalité incarnée dans son terroir. Pas de dentelle, de contorsions métaphysiques, de promesses non tenues, non. Du fruit, mûr, bien sûr, mais porté par la trame «froide» d’un millésime qui détaille avec précision. Corps, vigueur, tanins fins. (5+) ***1/2 ©
     
    L’émotion
    Vinifera 2011, Henry & Jean-Sébastien Marionnet, Loire, France
    (21,35 $ - 11844591)
     
    Du gamay non greffé et donc franc de pied, marqué par l’ADN d’une époque où le vin goûtait le vin et l’homme goûtait la vie, simplement. Ce gamay intrigue par sa densité, oui, mais par cette épaisseur aussi, raffermissant les angles autour d’un fruité cru, sans détour, d’une redoutable authenticité. Signé Marionnet. (5+) ***1/2
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel