Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Les vins de la semaine - 15 novembre 2012

    16 novembre 2012 |Jean Aubry | Vin
    (5) à boire d’ici cinq ans
    (5+) se conserve plus de cinq ans
    (10 +) se conserve dix ans ou plus
    © devrait séjourner en carafe
    ★ appréciation en cinq étoiles

    La belle affaire

    Lavradores de Feitoria 2010, Douro
    (12,50 $ - 11076764)


    Pas de quoi se lever la nuit pour en siffler une flûte, mais un portugais sincère qui sait vous épargner le palais en y allant avec souplesse et coulant, grande fraîcheur sur un ensemble fruité modérément corsé. Le servir autour de 15° C ajoutera même au plaisir, surtout sur un plat de porc au chorizo. (5)**

     

    Le chardonnay

    Meursault 2010, Bastion de l’Oratoire, Chanson Père Fils
    (48,25 $ - 11821605)


    Avec la maison Champy, Chanson Père Fils recouvre depuis quelques millésimes son lustre d’antan. Bonne nouvelle. Ce beau meursault en témoigne dans ce millésime qui allie densité, fraîcheur et expression, sapidité, intensité et longueur. C’est précis, sans lourdeur « caramélisée » ni boisé déplacé. (5 +)***1/2 ©


    La primeur en blanc

    Haute Côtes de Beaune 2010, Clos de la Chaise Dieu, Château Philippe-le-Hardi
    (20,65 $ - 869784)

     

    Le domaine a repris du galon sous la houlette de l’oenologue Gérard Fagnoni et cette parcelle de près de 13 hectares, en bordure du Saint-Aubin « En Vesvau » (en forme de fesses en langage bourguignon !), le prouve avec ce fruité net, frais, précis et enjoué, taquiné avec juste ce qu’il faut de bois.(5)*** ©


    La primeur en rouge

    Moroder 2009, Rosso Conero, Marches, Italie
    (16,75 $ - 11155307)

     

    Très, très, très difficile de ne pas succomber au charme de ce montepulciano qui hésite entre le vin de soif et celui, plus réflexif, du vin qui invite au voyage. J’ai succombé, oui, mais surtout soupesé, trimballé, enroulé au palais cette belle matière fruitée souple et friande, fraîche et arrondie. Paillard de veau ? (5)***


    L’émotion

    Cabernet Riserva 2008, Alois Lageder, Sudtirol, Italie (23,30 $ - 744011)

     

    Au pied des Dolomites, des parcelles, des cépages, un homme, respectueux de la vie des autres et de la nature qui l’entoure, visant au fil des millésimes à traduire l’expression juste, tel l’escrimeur maniant le fleuret. Il y a du génie dans ce vin, un fruit net, une trame légère, coulante mais soutenue avec finesse. J’aime !(5)***

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel