Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    L’équilibre des nouveaux bordeaux

    14 septembre 2012 | Jean Aubry | Vin
    Gâteau de marc de merlot à Pomerol
    Photo : Jean Aubry Gâteau de marc de merlot à Pomerol

    La nouvelle est tombée le 6 septembre dernier lors du dernier classement officiel de Saint-Émilion (rendant caduc celui de 2006) : Chantal et Gérard Perse ont vu leur Château Pavie accéder au panthéon des Premiers Grands Crus Classé A. Que d’efforts, de persévérance ils ont mis pour en arriver là ! Pour atteindre ce « A » immuable et pourtant si convoité depuis… 1955. J’ai souvenir encore, il y a une dizaine d’années, alors de passage chez les Perse, et quatre ans après l’acquisition par ceux-ci (1998) de cette « belle endormie », de ces petites jalousies et mesquineries locales qui couraient dans le vignoble à l’endroit de ces « estrangers du dehors » qui y connaissaient que dalle en vin. Ces gens ne méritaient franchement pas ça. Je suis même persuadé aujourd’hui que les Perse possèdent cette élégance de n’en vouloir à personne. Enfin, Bordeaux, c’est aussi ça.


    Ils ne sont pas les seuls à briller au sommet, puisque, outre les Ausone et Cheval-Blanc figurant là depuis plus d’un demi-siècle, s’ajoute aussi Angélus. Quand aux Premiers Grands Crus Classés B, quatre joueurs joignent le classement, à savoir Canon-la-Gaffelière, Larcis-Ducasse, La Mondotte et Valandraud. Seize autres domaines accèdent pour leur part au statut de Grand Cru Classé pour un classement qui, au total, selon Philippe Maurange dans la dernière édition de La revue du vin de France, consacre aussi une batterie de brillants conseillers tels Stéphane Derenoncourt, Michel Rolland, Hubert de Boüard, Denis Dubourdieu, Jean-Luc Thunevin ou encore Alain Reynaud, sans qui, ces châteaux n’en seraient peut-être pas là où ils en sont aujourd’hui.


    Globalement, ça ne se passe pas trop mal pour les vins de Bordeaux. De fait, ils n’ont jamais été aussi bons, même (surtout) en jeunesse. Débouchez un 2009 et palpez-moi ce fruit ! Plus près de Monica Bellucci que de Jane Birkin, avec tout le respect pour ces dames, mais aussi, depuis peu - parce qu’il est irrémédiablement masculin, le bordeaux -, il se profile sous l’ampleur sphérique et la force tranquille du lutteur de sumo. En savourant les dernières livraisons de l’opération Bordeaux 2009 de la SAQ, je me disais qu’il avait tout de même bien changé, le vin du Port de la Lune dégusté au xviie siècle par le philosophe anglais John Locke et au xviiie siècle par Thomas Jefferson.


    Où sont passés ces Certan de May 1976, Belair-Marquis d’Aligre 1978, Meyney 1979, La Conseillante 1981 et autres Château Labergoce 1985 titrant tout juste 12 petits degrés d’alcool par volume ? En moins de 30 ans, un nouvel équilibre est apparu. Permettez que je sois nostalgique de cette époque où le terme « buvabilité » n’avait pas à être inventé parce qu’il traduisait déjà une réalité. Faut vivre avec son temps, paraît-il. L’époque n’est peut-être plus à la discrétion, à la sobriété et à la subtilité après tout… Quelques vins glanés pour vous cette semaine, histoire de marquer le coup de l’étrier :


    Calvet Réserve 2010, Bordeaux (14,95 $ - 044032) : À ce prix, un bon verre de bordeaux classique, au fruité net et aux tanins frais qui ne manquent pas de vigueur (5) HH1/2


    Château Bertinerie 2009, Blaye Côtes de Bordeaux (17,35 $ - 962118) : fruité juste avec cette impression gagnante de buvabilité qui fait mouche. Surtout sur le croque-monsieur (5) HH1/2


    Château L’Escart Cuvée Julien 2009, Bordeaux Supérieur (17,35 $ - 896282) : Voilà le petit bordeaux du vendredi midi sur steak-frites et belle compagnie. Fruité glorieux, bien net sur trame bien vivante, soutenue (5) HHH


    Château de la Vieille Tour 2009, Bordeaux Supérieur (17,80 $ - 858167) : Les cabernets sont mûrs, les merlots les enveloppent, l’ensemble est vineux, bien construit (5) HH1/2 ©


    Château du Bois Chantant 2010 Cuvée Laurence H., Bordeaux Supérieur (17,95 $ - 11133765) : Nouvel ajout au répertoire général pour un bordeaux standard, bien fait, un chouïa trop cher, cependant (5) HH 1/2


    Cordier Prestige 2009, Bordeaux (18 $ - 10499811) : Pas donné mais franchement savoureux, même s’il demeure simple d’expression. Fruité généreux, tanins lisses, mâche étoffée (5) HHH


    Château du Grand Mouëys 2009, Côtes de Bordeaux (18,40 $ - 10864443) : Bien dans sa peau de bordeaux avec ce fruité riche et sincère, sa sève soutenue avec tonus. Entrecôte (5) HHH


    Château Thébot 2009, Bordeaux (19,20 $ - 10389005) : Du sérieux ! De la discrétion aussi. Fruité et tanins immenses, épaisseur et corps. Encore monolithique (5 +)HHH©


    Château Le Castelot 2006, Saint-Émilion Grand Cru, J. Janoueix (33,25 $ - 11071955) : Il y a ici un petit quelque chose à la fois charmant et suranné qui touche et invite la rêverie au détour. Vin détaillé, fin et fondu, suggestif et long en bouche. Madame aimera (5 +)HHH1/2 ©


    Château Cantin 2009, Saint-Émilion Grand Cru (35,25 $ - 11792875) : Ce classique use de ses charmes pour un 2009 mûr et bien fourni sur le plan des tanins (5 +)HHH1/2 ©


    Prieur de Meyney 2006, Saint-Estèphe (33,50 $ -10210415) : après les volumineux, puissants et racés 2005, les 2006 tissent une trame où la fermeté se profile discrètement derrière une « représentation » tannique tout aussi fraîche que bien serrée. Austérité classique des Saint-Estèphe pour un rouge de corps moyen qui ouvre doucement sur la narration du terroir. Magret de canard bien juteux ou argent remis (5) HHH ©


    Clos Badon 2009, Saint-Émilion Grand Cru, Thunevin (43,50 $ - 11378471) : Vendu au même prix que sur la place de Paris, ce vin est une aubaine ! Grand vin de caractère qui tient parfaitement son rang (géographiquement entre Pavie et Larcis Ducasse), somptueux, au nez comme en bouche, doté d’un élevage et d’une sève à faire rêver. Pour la cave, minimum trois bouteilles (10 +)HHHH©


    Château Le Bon Pasteur 2009, Pomerol (115 $ - 11378851, à venir sous peu) : À surveiller pour sa chair riche, dense, ample et savoureuse, une chair qui se mordille longuement. Racé, du grand Michel Rolland (10 +)HHHH ©


     

    jean@guide-aubry.com

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel