Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    À l’école des cépages (10): le tempranillo

    31 août 2012 |Jean Aubry | Vin
    Photo: Jean Aubry
    Voici la dernière d’une série de 10 chroniques sur les cépages qui avait débuté le 29 juin avec notre ami le merlot. L’école buissonnière, les pieds dans le champ et le verre aux lèvres, prend fin aujourd’hui et j’espère avoir pu, parmi les sauvignons, malbecs, rieslings, pinots noirs, chardonnays, sangioveses, merlots et les deux cabernets, vous permettre de circonscrire au mieux le candidat de votre choix et voter selon votre propre goût.

    Reste, pour les mordus de la grappe, quel que 9990 autres personnages à découvrir parmi l’extravagante pépinière mondiale des cépages. À vous de jouer. Mais aujourd’hui, causons tempranillo.


    Imaginez le velouté et le parfum d’un pinot noir, la noblesse de structure d’un cabernet franc et le moelleux discret d’un grenache qui se seraient égarés au pays de Don Quichotte.


    Pas de raison, cependant, de se battre contre des moulins à vent car si le tempranillo réussit bien dans la Mancha, où il porte le nom de cencibel, c’est incontestablement du côté de la Rioja, principalement de la Rioja Alavesa, plus pluvieuse, qu’il excelle.


    Incontestablement espagnol, il porte le nom d’ull de Llebre (oeil de lièvre) en Catalogne, tinto del pais en Castille, tinto fino en Ribera del Duero, tinto de toro mais aussi aragonez et tinto roriz au Portugal (Dao, Douro, Alentejo), puis aldepenas en Californie.


    Coloré, très parfumé, peu acide mais pouvant évoluer sous les élevages princiers que lui offrent entre autres la Rioja et la Ribera des Duero, le tempranillo est d’une remarquable longévité et atteint des sommets aromatiques rares après 20 ans d’émancipation, à la façon des grands crus de la côtes de nuits bourguignonne.


    En ce sens, je mets d’ailleurs quiconque au défi de départager les deux lors d’une dégustation à l’aveugle ! Il ne dédaigne nullement l’assemblage avec le grenache, le graciano, le mazuelo (carignan), le cabernet sauvignon, le merlot ou la viura, ne serait-ce que pour l’épauler sur le plan de l’acidité.


    Si le cabernet sauvignon est un roi urbain, le tempranillo est un prince terrien qui, loin des bacchanales orgiaques d’oligarques russes titubant sur leur bateau de cent mètres cinquante, se plaît à servir, en petits comités et pour gens distingués seulement, faisans et pintades farcis dans un contexte confortable et raffiné, jamais tape-à-l’oeil ni superfétatoire.


    C’est que le prince en pince pour les conversations feutrées, parfois intrigantes, souvent suggestives et sensuelles, profondes mais toujours dans les limites du bon goût. Souvenez-vous de ce contact avec vos premiers gran réserva riojannais, ces Federico Paternina, Lopez de Heredia Vina Tondonia, Campania Vinicola del Norte (CVNE), Marqués de Murrieta, Faustino Martinez, Martinez Bujanda, ou encore, en Ribera del Duero, Pingus, Pesquera et, bien évidemment, Vega Sicilia, des vins à faire rêver et même tomber du lit le Little Nemo de l’auteur Winsor McKay.


    Voici quelques vins glanés au hasard pour vous faire rêver à votre tour…


    Candidato Oro 2009, Espagne (9,80 $ - 628115): une approche somme toute simple, mais nette, misant sur la souplesse, et un fondu peu acide sur le plan du fruité. Servir frais. (5) **


    Solaz 2009, Osborne, Vino de la Tierra de Castilla, Espagne (12,50 $ - 610188): le cabernet sauvignon structure un peu sur un ensemble plein, sphérique, accrocheur. (5)**


    Coronas 2009, Torres, Espagne (14,05 $ - 029728): même composition mais plus sérieux que le Solaz, plus anguleux aussi. Mâche fruitée assurée sur trame puissante, fraîche, dotée de relief. Belle affaire. (5)**1/2


    Prado Rey Roble 2009, Ribera del Duero, Espagne (14,45 $ - 585596): il y a urgence et détermination ici. Le fruité livre bataille avec assurance, vigueur et conviction sur une trame ferme, puissante, légèrement batailleuse. Bavette à l’échalote? (5)**1/2 ©


    Vega Ibor 2007, Bodegas Real, La Mancha, Espagne (15,40 $ - 11676647): un solide rouge qui tient ses promesses fruitées sans s’enfarger dans les fleurs du tapis. C’est ample, juteux, vigoureux, délicieusement rustique. (5)**1/2


    Lan Crianza 2008, Rioja, Espagne (17,60 $ - 741108): parfaite harmonie entre fruité et boisé, grain serré, présence épicée, longueur. Un classique du genre. (5)*** ©


    Coto de Imaz Reserva 2005, Rioja, Espagne (19,35 $ - 10857569): un paysan qui a du style et qui vous sert sa meilleure cuvée quand vous allez le visiter. Richement fruité, captivant, vigoureux, lovant son boisé autour du fruité avec une autorité fort payante au final. N’a pas dit son dernier mot. Très classique. (5+)***


    Baron de Ley Reserva 2005, Rioja (20,50 $ - 868729): un tempranillo qui se nuance, avec une richesse en fruit « éduquée » ici par l’élevage sous le couvert de beaux tanins moelleux. Délicieux. (5)***


    Vallformosa Gran Reserva 2004, Penedès, Espagne (21,30 $ - 744003): a atteint son plateau aromatique et gustatif, roses séchées et cuir frais sur texture serrée, doucement anisée. Viandes braisées. (5)***


    Marqués de Riscal Reserva 2007, Rioja, Espagne (21,60 $ - 1027088): l’impression de remonter dans le temps ici, avec ce style traditionnel où la matière et l’élevage ne font qu’un, le tout lié sous une texture aussi noble qu’affriolante et longue en bouche. Vin de gastronomie. (5)***1/2 ©


    Muga Reserva 2008, Rioja, Espagne (22,45 $ - 855007): le style est moderne, affiné, bordelais par sa fraîcheur et sa droiture, presque rhodanien par ce fruité chaud, jouissif, enveloppé. Corps, franchise, esprit. Quelques cèpes sautés le raviront. (5+)***1/2 ©


    Sela 2009, Bodegas Roda, Rioja, Espagne (27,90 $ - 11693375): le style est moderne, le fruité généreux, le profil gourmand, avec tout de même du sérieux derrière. Puissance et équilibre. (5+)***1/2 ©


    Autres tempranillos: Marqués de Caceres 2008, Rioja (17,95 $ - 103887 -(5)***), Campillo Reserva 2004, Rioja (20,30 $ - 898809 -(5)***), Marqués de Murrieta Reserva 2006, Rioja (24,40 $ - 10823166 -(5+) ***1/2), Tinto Pesquera 2009, Ribera del Duero (26,35 $ - 10273109 -(5+)***1/2 ©), Ijalba Seleccion Especial 2001, Rioja (45,25 $ - 705103 -(5)****) et Castillon Ygay Gran Reserva Especial 2004, Rioja (49 $ - 11166647 -(5+)**** ©).


    ***

    Jean Aubry est l’auteur du Guide Aubry 2013 - Les 100 meilleurs vins à moins de 25 $.

    jean@guide-aubry.com

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel