Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    L’agriculture urbaine, une image de marque pour Montréal

    27 octobre 2012 |Lise Gobeille | Jardinage
    L’agriculture urbaine à Montréal est un phénomène d’une ampleur sous-estimée qui a le potentiel de devenir un projet stratégique et structurant. Déjà bien établi, le programme des jardins communautaires et des jardins collectifs doit être une priorité de son développement.
    Photo: Lise Gobeille L’agriculture urbaine à Montréal est un phénomène d’une ampleur sous-estimée qui a le potentiel de devenir un projet stratégique et structurant. Déjà bien établi, le programme des jardins communautaires et des jardins collectifs doit être une priorité de son développement.
    L’Office de consultation publique de Montréal a déposé, le 17 octobre dernier, un rapport fort intéressant sur l’état de l’agriculture urbaine à Montréal, une activité qui a le potentiel de devenir un projet stratégique et structurant. Et qui pourrait, de plus, améliorer le cadre et la qualité de vie des Montréalais.

    Il ressort du portrait dressé par cette commission que l’agriculture urbaine dans la métropole est un phénomène d’une ampleur sous-estimée, qui implique un très grand nombre de personnes et répond à des besoins multiples de santé, d’intégration sociale, de lutte contre la pauvreté et de développement durable. Aussi, il est intéressant de souligner que la zone agricole permanente de la Communauté métropolitaine de Montréal, comprenant d’excellentes terres, couvre 58 % du territoire métropolitain et 3 % de celui de la ville de Montréal. La métropole est à l’avant-garde en agriculture urbaine, mais il faut maintenant consolider et déployer l’activité afin de maximiser ses bénéfices pour les citoyens.


    Montréal compte 8500 jardinets et plus de 75 jardins collectifs, en plus des jardins en bacs sur les toits d’établissements publics et d’organismes privés ainsi que des serres commerciales. On y retrouve aussi une quarantaine de marchés saisonniers et 75 points de chute pour les paniers de légumes et de fruits.


    Parallèlement, l’apiculture se développe, le verdissement s’intensifie et un nouveau concept fait son chemin dans certains quartiers, celui de forêt nourricière.


    Les attentes et les propositions


    Les attentes des participants ont été regroupées dans trois pôles majeurs : un appel pour une vision large et intégrée de l’agriculture urbaine ; une reconnaissance de son rôle dans les documents de planification d’aménagement du territoire urbain et les politiques municipales ; et enfin, une protection des acquis, une pérennisation des initiatives et un encadrement de l’action.


    Déjà, l’agriculture urbaine est présente dans plusieurs plans et politiques de la Communauté urbaine de Montréal et de la Ville de Montréal, mais, selon la Commission, elle pourrait être intégrée à plusieurs plans. Par exemple, la trame verte et bleue du Grand Montréal prévue au Plan d’aménagement et de développement pourrait inclure des pépinières urbaines, des espèces indigènes nourricières et des vergers urbains.


    De plus, la réglementation d’urbanisme des arrondissements sur le verdissement pourrait encourager l’utilisation de vignes, d’arbres et d’arbustes fruitiers ainsi que des légumes et des fines herbes. Enfin, la Politique de l’arbre (2005) et le Plan d’action Canopée (2012-2021), visant à augmenter le nombre d’arbres en ville, pourraient inclure des arbres fruitiers. Toujours selon la Commission, le zonage ou la réglementation devra être utilisé comme outil de consolidation et de développement.

     

    Mise en application


    La création d’une base de données sur les réglementations et les services municipaux existants s’avère essentielle afin de diminuer les entraves au développement du jardinage, telles que le manque d’espace au sol, la précarité des installations et parfois des services. La Commission propose de considérer dorénavant l’espace tridimensionnel comme terrain d’expansion, ainsi que les terrains vacants.


    Aussi, le programme des jardins communautaires et des jardins collectifs doit être la priorité du développement de l’agriculture urbaine. Il est important de s’assurer qu’il n’y aura aucune perte nette dans ce programme et on doit même viser une augmentation des espaces par le jardinage en bacs. Quant à l’élevage de poules et de petits animaux, il soulève une certaine réserve et devra faire l’objet d’une analyse.


    Finalement, la Commission recommande de créer une instance formelle de coordination des initiatives en agriculture urbaine, car la contribution de plusieurs institutions publiques sera déterminante pour son essor.

     

    Un projet porteur


    La Commission croit fortement que Montréal a tout ce qu’il faut pour devenir un modèle en agriculture urbaine : des pratiques soutenues par la Ville, le savoir-faire, les connaissances, l’expertise des entreprises innovantes et surtout un milieu communautaire dynamique et des citoyens mobilisés qui s’investissent. Par contre, la Ville arrive à peine à entretenir ses parcs ; en conséquence, des effectifs supplémentaires et des investissements seront nécessaires. Sans oublier un changement de mentalité, un plan d’action solide et des objectifs quantifiables.


    Mais Montréal, ville verte et nourricière est un projet intégrateur qui fait rêver.


    Pour avoir accès au rapport final, visitez le site de l’Office de consultation publique de Montréal.

     

    Le premier woonerf à Montréal


    D’abord, qu’est-ce qu’un woonerf ? Le mot, qui signifie « rue vivante », vient des Néerlandais qui ont développé ce type d’infrastructures. En fait, c’est une rue conviviale où l’on peut, en toute sécurité, s’asseoir, jouer, circuler à vélo et en voiture. Le woonerf Saint-Pierre, le premier à Montréal, a été construit cet été sur l’ancien collecteur Saint-Pierre, dans Saint-Henri. Le 10 novembre, les riverains sont invités à participer à la plantation d’arbustes, mais l’inauguration n’aura lieu qu’au printemps prochain.


    En chiffres, ce sont 7000 mètres carrés de verdure, une centaine d’arbres et 1800 arbustes sur un demi-kilomètre de long, délimité par le chemin de la Côte-Saint-Paul et les rues de Courcelle, Saint-Ambroise, Sainte-Émilie et Sainte-Marie. De plus, grâce à l’utilisation de pavés alvéolés, il permettra une meilleure gestion des eaux de pluie.

     

    Au jardin cette semaine


    Bientôt, on aura fini tous les travaux à effectuer et il sera temps de ranger les outils, mais avant, on les nettoie bien et on fait l’entretien nécessaire. On doit aussi huiler et aiguiser ceux qui en ont besoin. Ensuite, on rêve son jardin et on planifie pour l’année suivante. En fait, on en profite aussi pour se perfectionner ; la bibliothèque du Jardin botanique est sans doute la meilleure du genre. L’Institut de technologie agroalimentaire de Saint-Hyacinthe et Les Amis du Jardin botanique offrent un choix fort intéressant de formations de courte durée. Plusieurs écoles donnent aussi une formation spécialisée ; on en trouve la liste sur le site lesbeauxjardins.com. Voyagez, visitez des jardins : Kew en Angleterre, Longwood en Pennsylvanie (États-Unis), le Jardin exotique de Monaco en France…


    ***

    Chers lecteurs, j’ai eu beaucoup de plaisir à écrire ces chroniques pour vous chaque semaine, celle-ci étant la dernière de la saison. Bon hiver et au plaisir !

    ***

    MOSAÏCULTURES
     


    Mosaïcultures de retour à Montréal


    Après 10 ans d’absence, Mosaïcultures internationales sera de retour en 2013. Ce sera l’événement horticole à voir du 22 juin au 29 septembre, au Jardin botanique de Montréal. Sur le thème « Terre d’espérance », on rejoint l’une des missions du Jardin qui est de sensibiliser et de promouvoir la biodiversité de la vie sur la planète ainsi que d’illustrer sa beauté et sa richesse.
     

    On pourra admirer, entre autres, des mosaïques aux noms aussi évocateurs que L’arbre aux oiseaux, Les esprits de la forêt ou L’homme qui plantait des arbres, inspiré du court-métrage de Frédéric Back. Cette dernière œuvre a d’ailleurs remporté le Grand Prix du public de Mosaïcultures internationales en 2009 à Hamamatsu, au Japon.

    L’objectif est d’atteindre 50 villes participantes provenant d’une trentaine de pays ; à ce jour, 30 villes de 15 pays ont confirmé leur participation.
     

    Ce sera le plus grand événement jamais tenu au Jardin botanique. Pour un avant-goût des Mosaïcultures internationales Montréal 2013, visitez le site mosaiculturesinternationales.ca ou suivez-les sur Facebook.


    BIBLIOTHÈQUE

    Le grand livre des ressources végétales

    Quand les plantes nous aident à nous passer du pétrole

    Bernard Bertrand

    Éditions Plume de carotte, 2012

     

    Le pétrole et ses innombrables dérivés n’étaient pas présents dans notre vie il y a à peine 70 ans. Les déplacements se faisaient à cheval, les vêtements étaient essentiellement tissés de lin ou de chanvre, la vaisselle se composait de plats en bois et les jouets étaient souvent fabriqués avec la flore locale. Ce livre, bien documenté et fort agréable à regarder, nous fait découvrir 75 plantes utilitaires qui nous ont permis de nous passer du pétrole pendant des millénaires.

    L’agriculture urbaine à Montréal est un phénomène d’une ampleur sous-estimée qui a le potentiel de devenir un projet stratégique et structurant. Déjà bien établi, le programme des jardins communautaires et des jardins collectifs doit être une priorité de son développement. Montréal compte 8500 jardinets et plus de 75 jardins collectifs. Lors des Mosaïcultures internationales 2013 au Jardin botanique, on pourra voir la magnifique mosaïque inspirée par le court- métrage de Frédéric Back L’homme qui plantait des arbres.
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel